Nativité – Noël porteur d’espoir


Les familles chrétiennes vont célébrer Noël dans un contexte particulier et difficile. Mais elles croient en un lendemain meilleur.

Relever la tête. C’est certainement le message que portera Noël cette année.

L’année 2021 se termine et à l’heure du bilan on peut dire qu’elle n’a pas été de tout repos pour la population. Il y a bien évidemment l’épidémie de coronavirus qui a fait près de mille morts depuis ses débuts. L’épidémie a connu son apogée entre mars et juin avant de décliner. Elle amorce un retour fracassant depuis la réouverture des frontières.

Les nouveaux cas explosent d’une semaine à l’autre amenant les autorités à rétablir certaines mesures comme l’obligation de respecter les gestes barrières, la limitation des rassemblements. L’église a bénéficié d’une dérogation et les manifestations cultuelles sont maintenues pour Noël.

Les chrétiens ne se feront pas prier pour aller à l’église malgré la menace du coronavirus. Tous les préparatifs sont au point pour ne pas rater le rendez-vous de l’année. La veillée de Noël se tiendra comme depuis toujours malgré l’insécurité qui limite les sorties nocturnes.

Contrôles des prix

Après les cultes et les messes, les chrétiens vont rentrer pour la grande mangeaille de Noël. Les temps sont durs mais tout le monde s’est adapté à la situation. L’État à travers le ministère de l’Industrialisation, du commerce et de la consommation a tout fait pour stabiliser les prix des produits de première nécessité en particulier le riz en mettant sur le marché une quantité suffisante et en effectuant des contrôles réguliers des prix.

On peut dire que l’envolée des prix en période de fête n’a pas eu lieu. Les foyers, chrétiens ou pas vont ainsi festoyer selon leur moyen. À preuve la grande affluence dans les marchés ces derniers jours. Les uns achètent des fringues pour le grand jour, les autres préfèrent miser sur la bouffe. « Nous avons acheté une oie pour le buffet de Noël. C’est moins cher qu’une dinde. On l’a eue pour 60.000 ariary, la moitié de prix d’une dinde » se réjouit Norosoa, mère de famille fière de sa conquête. « Nous allons faire une petite entrée avec ces pâtes qu’on nous a offertes. Et si Dieu le veut, on achètera un peu de viande » indique Véronique au sortir d’une distribution de vivres aux nécessiteux à Ankadivato, hier.

Tout se passera bien même sans eau et sans électricité. Depuis plusieurs mois, les Malgaches ont appris à vivre avec et n’ont plus la force de râler. Il n’y aura certainement pas de miracle à Noël. Les robinets ne ressusciteront pas. Tout comme ceux qui ont perdu la vie dans le double drame de Soanierana Ivongo à la veille de Noël. Un moment insupportable pour les proches. Mais Noël sera justement mis à profit pour appeler des lendemains qui chantent. La météo indique un temps superbe sur tout le pays. De quoi permettre à la magie de Noël d’opérer. Ainsi soit il.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *