une messe en hommage aux victimes du naufrage du «Francia»



Publié le :

Quatre jours après le naufrage du navire Francia, qui a fait 85 morts, lundi au nord-ouest de Madagascar, les recherches se sont arrêtées ce jeudi 23 décembre. En ce jour de deuil national décrété par le président de la République, une messe en hommage aux victimes s’est tenue dans l’après-midi dans le chef-lieu de la région du sinistre.

Avec notre correspondante à Antananarivo, Laure Verneau

La messe à Fénérive-Est a duré plus de trois heures. La cérémonie clôturait une semaine dramatique, rythmée par la découverte des corps de victimes et par les enterrements.

Que faire des corps non identifiés ? Ils ont été inhumés par défaut dans un cimetière de fortune aux abords de Soanierana Ivongo, là où le bateau s’est échoué.

Les familles présentes ont pu ramener leurs défunts chez elles.

Des effets, de l’argent et des cartes d’identité ont permis au secours de comprendre pourquoi 138 personnes s’étaient entassées dans une quasi-barque un lundi matin.

Sur une zone réputée difficile, c’étaient des saisonniers, qui ont récolté pendant trois mois des clous de girofle, un peu plus au nord sur la côte. Avec l’argent gagné, ils voulaient rejoindre leur famille pour Noël, le plus vite possible.

Selon un chauffeur de la région, un trajet clandestin en bateau met entre deux et trois heures pour faire la liaison Antanambe-Soanierana, contre près d’une journée pour un taxi-brousse s’il ne tombe pas en panne.

La route nationale est en effet l’une des pires routes du pays, avec de la piste, des ornières, des bacs et des trous d’eau. Un problème structurel pour l’économie, mais qui a aussi, on le voit dans ce drame, des répercussions dramatiques sur la vie des habitants.

►À relire : Journée de deuil national à Madagascar, après le naufrage meurtrier d’un bateau cargo



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *