Surpopulation dans les hôpitaux – La hausse des formes graves inquiète les médecins


Les formes graves envahissent de bonne heure les hôpitaux. Des médecins recommandent l’ouverture de centres de traitement de Covid-19 (CTC).

Des professionnels de santé sont inquiets face à l’évolution de cette troisième vague de l’épidémie de coronavirus. « Le nombre de personnes qui développent les formes graves de la maladie a explosé très vite, par rapport à la première vague et à la deuxième vague de l’épidémie. Nous affichons, bientôt, complets, alors que l’épidémie a, à peine, commencé », s’alarme un médecin d’un centre hospitalier universitaire (CHU) à Antananarivo, hier.

Les hôpitaux seraient débordés, bien avant le pic. « Aujourd’hui, nous avons encore quelques places. Mais pour demain, je n’en suis pas certain », rajoute la source. La plupart des hôpitaux qui prennent en charge les formes graves de la maladie rencontreraient de la difficulté dans la gestion des patients, face à cette forte hausse des formes graves. « Je n’allume plus mon téléphone, vu que plusieurs confrères des cabinets privés appellent pour réserver des places pour leurs patients. Mais il n’y a plus de place à réserver. C’est plein! », regrette un médecin d’un autre CHU.

Pas de problème d’oxygène

La grande majorité de ces malades arrivent dans les hôpitaux, en détresse respiratoire. « Un concentrateur d’oxygène ne les sauvera pas. Ils ont besoin d’oxygène mural ou de bouteille d’oxygène, pour un débit d’oxygène plus élevé », souligne un réanimateur. Pour l’heure, il n’y aurait pas de problème d’oxygène. « Le ministère de la Santé publique travaille d’arrache-pied pour satisfaire les besoins en oxygène », témoigne notre source.

Officiellement, cent sept porteurs du virus qui développent la forme grave de la maladie sont pris en charge dans les hôpitaux. Il y en aurait plus. « Rien que notre établissement a une cinquantaine de formes graves. Certains sont des cas suspects, mais nous commençons tout de suite les traitements. Si nous attendons le résultat du test, avant de les soigner, ils mourront », réagit un médecin, au front dans la lutte contre la Covid-19.

Tous les CHU à Anala­manga peuvent accueillir les formes graves. Le CHU Anosiala, le CHUJRA Ampe­- filoha, le CHUJRB Befelatà­nana, le CHU Andohatapenaka et le CHU Fenoarivo pour les adultes. Le CHUGOB Befelatànana pour les femmes enceintes. Le CHUMEA Ambohimiandra et le CHUMET Tsaralàlana pour les enfants de moins de quinze ans. Il serait temps d’ouvrir des centres de traitement Covid-19 (CTC) pour augmenter la capacité d’accueil des formes graves. « Des bouteilles d’oxygène et des équipes de réanimateurs doivent être disponibles dans ces CTC, sinon, ils ne serviront à rien », exhorte un médecin.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *