MFM – Jean Théodore Ranjivason tire sa révérence


Après Manandafy Rakotonirina en 2019, c’est une autre grande figure du parti « Mpitolona ho an’ny Fanjakan’ny Madinika » (MFM) qui vient également de trépasser. Il s’agit de Jean Théodore Ranjivason qui fut aussi parmi les fondateurs de ce parti avec les autres Jean Constant Raveloson, Olivier Rakotovazaha et Pety Rakoto­niaina…

Homme politique bien connu du milieu, l’illustre défunt a déjà occupé différents postes à responsabilité, notamment en tant que membre de plusieurs gouvernements qui se sont succédés dans le pays dont particulièrement ceux de l’ancien Premier ministre (feu) Jacques Sylla où il était successivement ministre de la Jeunesse et des sports, puis de l’En­seignement supérieur, ensuite de la Fonction publique et enfin de l’Éducation nationale. Ces nominations découlent du fait qu’à un certain moment, Jean Théodore Ranjivason avait flirté avec le parti « Tiako i Madagasikara » (TIM) de l’ancien président de la République Marc Ravalo­manana. Mais lorsque leur « cohabitation » s’est rendue impossible vers les années 2006-2007, Ranjivason se défait du TIM et fonde son propre mouvement de contestation avec d’autres dissidents du parti présidentiel de l’époque.

En 2009, il rejoint le mouvement de contestation initié sur la fameuse « place du 13 mai » par l’actuel président de la République Andry Rajoelina. Une démarcation qui lui valu d’être nommé par la suite au sein de la Haute Autorité de la Transition (HAT), puis au sein du Conseil Supérieur de la Transition (CST).

Mais avant d’intégrer le MFM, Jean Théodore Ranji­vason avait également flirté avec le Monima Kamiviombio de feu Monja Jaona qui l’avait aussi initié sur les pratiques politiques.

Enseignant-chercheur des universités, Ranjivason a repris ses enseignements à l’université d’Antananarivo en 2013. Mais depuis, ses apparitions publiques sont devenues rares.

Avec sa disparition, ce n’est pas seulement le MFM qui est en deuil car le pays vient aussi de perdre un grand homme qui a laisséses empreintes dans l’histoire nationale.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *