Une collision fait plusieurs blessés


Un taxi-brousse et un fourgon se sont télescopés, hier vers 4 heures du matin, sur la route nationale (RN1), à Ambatonapoaka. Les occupants ont tous été blessés.

TERRIBLE. Un violent face-à-face d’un taxi-brousse et d’un fourgon s’est produit sur la route nationale (RN1), au niveau d’Andranomena Ambatonapoaka, hier aux alentours de 4 heures du matin. Tous leurs occupants ont été sérieusement touchés. Ils ont été transférés au service des urgences de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) où des gendarmes de la brigade de police de la route (BPR) d’Arivonimamo ont procédé à leur identification.

Aucune perte en vie humaine n’a heureusement été constatée dans cet accident d’une rare violence. On déplore toutefois d’inchiffrables dégâts matériels. La partie avant des deux véhicules a été réduite en amas de ferrailles.

Le taxi-brousse, une Mercedes Sprinter, venait de Tsiroanomandidy et devait rejoindre la capitale. Le fourgon qui transportait des marchandises arrivait en sens inverse. Chacun d’eux aurait roulé à tombeau ouvert en abordant une ligne droite.

Lors de cette folle allure, les chauffeurs ont perdu le contrôle de leur volant et fini par rentrer en collision frontale.

Désincarcération

Les passagers, leurs aides et eux ont tous été pris en sandwich entre les sièges. Leur désincarcération n’a pas été facile. À cause des secousses, ils ont souffert de polytraumatismes, nécessitant un examen radio­- logique. Certains d’entre eux subiront une intervention chirurgicale, d’après une brève explication confiée par un membre de l’équipe médicale.

Selon les habitants d’Ambatonapoaka ayant participé au secours des victimes, le chauffeur du taxi-brousse n’a pu être retiré de son siège que vers 5 heures du matin. Il a été blessé gravement à la tête. Il a été ensuite envoyé à l’hôpital. Le fokonolona, des automobilistes et les gendarmes se sont serrés les coudes pour réaliser l’évacuation.

Pour le moment, aucun interrogatoire n’a pu être mené. Les concernés se trouvent encore sur leur lit d’hôpital.

Les deux véhicules ont été dégagés vers les bords de la route pour libérer la circulation. Ils sont couverts par leur contrat d’assurance respectif.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *