Seize vies emportées par la Covid-19


L’épidémie de coronavirus continue à se propager fortement. Plusieurs nouvelles contaminations et plusieurs décès sont dénombrés.

L’évolution de l’épidémie de coronavirus est préoccupante. La courbe de décès et de nouveaux cas augmente. Elle a emporté, officiellement, seize personnes entre le 11 et le 17 décembre, selon la dernière situation épidémiologique de Covid-19. Une hausse de 100%, en l’espace d’une semaine. Entre le 4 et le 10 décembre, huit ont succombé à la maladie. Avec ces derniers chiffres, le cumul de décès liés au coronavirus à Madagascar est de neuf cent quatre vingt-seize, soit un taux de létalité de 2,11%. Au moins cent sept porteurs du virus luttent pour leur survie dans les hôpitaux, à la date du 17 décembre. Ils développent la forme grave de la maladie.

Les nouvelles contaminations haussent, en parallèle. Mille cinq cent un nouveaux cas détectés en une semaine sur huit mille neuf cent huit tests effectués. Soit un taux de positivité de 16%. Les cent quarante cas détectés sont identifiés grâce au tracing contact. Le virus de Covid-19 circule fortement dans la région d’Analamanga. Elle enregistre plus de deux tiers de ces nouveaux porteurs du virus, soit, les mille cent trente-huit. Vakinankaratra enregistre cent quarante-trois nouveaux cas et Matsiatra Ambony, cinquante deux.

Mesures plus strictes

De nouveaux porteurs du virus sont, également, détectés dans treize autres régions. Amoron’i Mania a sept cas, Anosy a douze cas, Atsimo Andrefana a trente cas, Atsimo Atsinanana a dix-neuf cas, Atsinanana a dix-sept cas, Betsiboka a deux cas, Boeny a trois cas, Diana a vingt cas, Ihorombe a cinq cas, Itasy a trois cas, Melaky a huit cas, Menabe a un cas, et Vatovavy Fitovinany, quarante-et-un cas.

Face à cette hausse des cas, les revendications de mesures plus strictes se multiplient. « On ne peut plus rester les bras croisés. Des mesures doivent être prises pour couper la chaîne de transmission du virus. Autrement, nous allons tous mourir ici », s’insurge Rijanavalona, habitant d’Antananarivo.

Pour l’heure, c’est la « Vigilance sanitaire » qui s’applique dans les trois régions les plus touchées par l’épidémie, à savoir, Analamanga, Vakinankaratra et Matsiatra Ambony. Les habitants de ces trois régions sont « recommandés » à respecter les gestes barrières. Les rassemblements publics sont interdits, et les rassemblements dans un espace clos ne doivent pas dépasser les cent personnes.

Ces mesures sont très peu suivies. Plusieurs espaces ont accueillis plus de cent personnes, samedi et dimanche. « Comme les mariés n’ont pas diminué le nombre de leurs invités, nous avons augmenté les tables pour respecter la distanciation de un mètre. », s’explique le gérant d’un espace. Des églises n’ont pas respecté, non plus, ces dispositifs, en accueillant plus de cent personnes pendant les messes. Des véhicules de transport en commun à Antananarivo-ville, comme ceux de la coopérative Tselatra, utilisent des strapontins et les passagers se mettent cinq par banquette. Alors que dans l’un de ces véhicules, un passager affirme avec son interlocuteur au téléphone, que son père est hospitalisé pour cause de Covid-19. Beaucoup ne semblent pas prendre conscience de la dangerosité de la situation.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *