Région Imoron’i Mania : Une centaine d’armes principalement de fabrication (…)


Les armes à feu de fabrication artisanale prolifèrent à Madagascar. Rien que dans la région Amoron’i Mania, les statistiques émises par les autorités militaires font état de 116 armes ramassées et rendues volontairement auprès des forces de l’ordre lors du mois de l’amnistie au mois de septembre dernier. La plupart seraient des armes de fabrication artisanale selon les autorités.

Le mois de l’amnistie est une opération instaurée depuis 2018 à Madagascar pour exhorter les civils en possession d’armes illégales à les remettre aux autorités sans risquer d’être arrêtés ou poursuivis et à réduire la circulation des armes illicites. C’est un programme complémentaire à la feuille de route de l’Union africaine (UA) « Faire taire les armes », qui prévoit des mesures pratiques. On estime en effet qu’environ 40 millions d’armes légères et de petit calibre circulent illégalement en Afrique, et qu’environ 85 % d’entre elles ne sont pas enregistrées. En d’autres termes, personne ne sait qui est en possession de ces armes, personne n’a de permis.

La région Amoron’i Mania, comme la plupart des autres régions des Hautes terres centrales et du moyen-ouest ainsi que du sud-ouest de Madagascar est considérée comme zone rouge en matière d’insécurité. Les vols de zébus règnent principalement dans ces régions. Pour se défendre face aux multiples attaques des bandits de grands chemins communément appelés « dahalo », la population se procure ou fabrique, illégalement, des armes.

En octobre 2018, 846 armes ont été détruites dans la capitale en présence de Christian Ntsay dans le cadre du mois de l’amnistie.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *