Aides d’urgence – Cent millions de dollars pour le Sud


La Banque Mondiale fait un nouveau geste en faveur du Sud. Un chèque de 100 millions de dollars a été remis pour lutter contre le Kere.

«Le gouvernement a fait du Sud une priorité pour lutter contre les effets du changement climatique et le sous développement. Le combat contre la malnutrition dans le Sud de Madagascar passe par des projets concrets en faveur de l’autonomisation de la population et la mise en place d’infrastructures vitales en eau. Ce financement additionnel accordé par la Banque mondiale au projet Mionjo vient renforcer notre action pour permettre aux populations de développer une activité génératrice de revenus et accompagner le développement », a souligné Andry Rajoelina, Président de la République de Madagascar.

Ce nouveau financement, qui comprend cinquante millions de dollars provenant du Guichet spécial de financement de ripostes à la crise, s’inscrit dans le cadre de l’engagement continu de la Banque mondiale visant à renforcer la riposte du gouvernement à la crise provoquée par la sécheresse, à réduire les vulnérabilités et à améliorer la résilience des communautés et la durabilité des systèmes de production alimentaire et de subsistance. Il s’appuie sur les objectifs du projet initial Mionjo pour relever les défis de développement à long terme des régions du Sud et renforcer les institutions locales. Ce financement additionnel bénéficiera à plus de 920 000 personnes dans 14 districts de trois régions du Sud (Anosy, Androy, Atsimo Andrefana), qui sont parmi les plus sévèrement touchées par la crise.

Restaurer l’écosystème

« Aucun développement ne pourra être réalisé dans le Sud de Madagascar, l’une des régions les plus pauvres du pays, si le cycle récurrent de la sécheresse n’est pas rompu. Grâce à ce nouveau soutien, qui porte le financement du projet Mionjo à deux-cents millions de dollars, nous cherchons à lier les ripostes d’urgence à court terme à un appui soutenu des moyens de subsistance et à des interventions de reverdissement plus efficaces afin de réhabiliter les systèmes de production alimentaire et de subsistance des populations », a déclaré Hafez Ghanem, vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’Est et australe et ancien représentant de la Banque mondiale à Madagascar.

Les activités du projet bénéficient d’une collaboration intersectorielle entre quatre ministères et impliquent des investissements dans l’agriculture, l’eau, l’environnement et la décentralisation. Au niveau des ménages, l’objectif est de fournir aux personnes les plus exposées à l’insécurité alimentaire une aide immédiate sous forme d’eau et de transfert monétaire, ainsi que des innovations adaptées au climat, afin de relancer leurs activités agricoles et de les aider à retrouver leurs moyens de subsistance et leurs biens. Au niveau des villages, le projet améliorera les sources d’approvisionnement en eau pour les rendre plus efficaces et capables de sou tenir la consommation humaine et animale, et dans certaines zones, la production irriguée d’aliments riches en nutriments.

Les interventions permettront également de restaurer les écosystèmes dégradés grâce au reboisement et à l’installation de brise-vents. Elles contribueront aussi à améliorer la gestion communautaire de l’eau et des autres ressources naturelles qui sont fondamentales pour maintenir des moyens de subsistance productifs et résilients.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *