Antsirabe – Le projet agri-business avance


La concrétisation du projet titre vert dans la région Vakinankaratra avance à grand pas. Cinquante neuf jeunes entrepreneurs agricoles ont reçu leur titre foncier, samedi.

La concrétisation. C’est la note donnée à la cérémonie qui s’est déroulée à Andrano­mane­latra, Antsirabe, samedi. Un événement durant lequel, Andry Rajoelina, président de la République, a remis leur titre foncier à cinquante neuf jeunes entrepreneurs agricoles dans le cadre du projet Titre Vert.

Comme il a été expliqué samedi, le programme Titre Vert vise à booster la création d’emploi chez les jeunes, en les encourageant à entreprendre dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage. L’idée est de donner un coup de fouet à l’agribusiness afin de lutter contre le chômage, mais aussi, pour concrétiser l’un des Velirano présidentiels qui est l’autosuffisance alimentaire du pays. Aussi, l’État veut mettre à profit le capital foncier du pays, en attribuant des titres fonciers à des jeunes qui sont prêts à s’engager dans le projet et ayant suivi des formations y afférentes.

À Antsirabe, ils sont cent treize jeunes à avoir été sélectionnés pour bénéficier du terrain et des infrastructures dans le cadre du projet Titre Vert. Samedi, cinquante neuf donc ont pu avoir entre leurs mains les documents leur attribuant un hectare de terrain, avec une maison, une étable et deux vaches laitières. Ce sont ceux qui travailleront dans le Fokon­tany d’Anosimboahangy. En principe, ils peuvent donc s’appliquer à mettre en œuvre leur activité. Ils ont, d’autant plus, une échéance financière à respecter.

Outre le terrain, ou encore, les infrastructures immobilière, l’État appuis également, les jeunes entrepreneurs agricoles à avoir accès aux fonds de démarrage. Ils bénéficient ainsi de prêts bancaires. Ils ont cinq ans pour le rembourser. Selon leur performance, par ailleurs, ils obtiendront, également, un titre de propriété définitif d’ici cinq ans.

Concrétisation rapide

Au regard de l’exemple d’Andranomaletra, l’État met les petits plats dans les grands afin que le programme Titre vert soit une réussite et que les bénéficiaires puissent réellement se lancer dans l’agribusiness. Il a importé les vaches Normande et Montbéliarde importées qui peuvent produire jusqu’à 30 litres de lait par jour. L’État s’est, également, chargé de trouver un débouché pour le lait que ces jeunes entrepreneurs vont produire. Il s’agit de l’usine Socolait qui achètera le lait à 1 500 ariary, le litre.

Des tir-laits mécaniques mécaniques ont, aussi, été donnés à chaque jeune qui ont reçu leur titre foncier et leurs vaches laitières, samedi. « Cela permettra d’optimiser la production et éviter les pertes », explique Andry Rajoe­lina. Durant la cérémonie de samedi, le président de la République qui a eu vent de quelques soucis sur la concrétisation du projet sur terrain, a demandé aux bénéficiaires de lui en faire part directement. Ces jeunes qui se sont regroupés au sein de l’association Jeunes entrepreneurs modernes (JEM).

Au milieu de son allocution, le chef de l’État a alors demandé à trois représentants de ces néo et futurs entrepreneurs à lui faire part des blocages sur la réalisation du projet. Outre Anosim­boahangy, un lot de terrain est, également, prévu être attribué aux bénéficiaires du projet Titre vert, dans le Fokontany d’Antsoantany. Cependant, comme l’indique un des représentants du JEM, des problèmes fonciers font que la délimitation des terrains pose problème. La construction des maisons et des étables ne peut pas encore commencé, également.

À Anosimboahangy, aussi, des retards dans la concrétisation du projet ont été signalés par les bénéficiaires. Jusqu’ici dix-sept lots immobiliers ont été construits. Le fait que les étables ne coïncident pas avec les normes prévues a, également, été signalé. En réponse, le président de la République a alors demandé aux responsables de rectifier immédiatement le tir. Pour le cas d’Antsoantany, il a donné comme consigne au gouverneur de la région Vakinan­karatra, au ministre de l’Agriculture et aux responsables du programme Fihariana de régler le problème en trois mois.

Andry Rajoelina lance alors, je vous donne trois mois pour régler ce problème foncier et terminer la construction des infrastructures telle que les maisons. Le chef de l’État a souligné que le projet Titre vert sera lancé dans les vingt trois régions du pays. Ainsi, il faut aller vite pour sa concrétisation. « Le budget ne doit pas être un blocage. Il y a de l’argent prévu pour la concrétisation de ce programme. Il devrait être largement suffisant. Aussi, nous dirigeants et responsables, devrions nous remettre en question si nous ne parvenons pas à le concrétiser », soutient le président de la République.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *