escale dans le plus petit territoire français


REPORTAGE – Avec son exceptionnelle concentration de population d’oiseaux, ce territoire d’un kilomètre carré est un bijou de biodiversité. Le Figaro Magazine, avec le soutien de la Fondation Yves Rocher, a eu le privilège de fouler cette terre où s’entremêlent un passé tragique et des enjeux scientifiques majeurs.

Elle est apparue comme un mirage. En poussant la lourde porte qui mène au pont supérieur du Marion Dufresne, le souffle brûlant de l’air et le soleil nous forcent d’abord à plisser les yeux avant de la découvrir. Tromelin et ses 1700 mètres de blancheur nacrée s’étirent sur un horizon dégagé qui se confond dans l’azur d’une mer calme. Un coup d’œil suffit pour savoir que l’homme n’a pas sa place sur cette île. Qu’il ne peut y être qu’un invité temporaire. Sur cette amande de sable perdue dans l’océan Indien au large de Madagascar, quelque part au-dessus du 16e parallèle, l’ombre est une espèce exogène importée par la plantation de quelques cocotiers autour de la base Serge Frolow. Pour la rejoindre, impossible de mouiller : le banc de sable qui s’étend depuis la pointe nord est trop mouvant pour y planter son ancre. L’accoster avec une petite embarcation ? N’y pensez pas. Des militaires aguerris s’y sont cassé les dents lors d’un entraînement. Aux plages de sable blanc précèdent…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 88% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *