Une adolescente de 15 ans vendue à 2 600 000 ariary. – Midi Madagasikara


A cause de la pauvreté et des divers problèmes sociaux endurés par le pays ces derniers temps, des cas comme celui de cette adolescente qui a mis sa vie en péril se présentent. Cette dernière a décidé de quitter ses parents pour travailler ailleurs, dans l’espoir d’avoir une vie meilleure. Malheureusement, son rêve a fini en un véritable cauchemar. Originaire et résidente d’Arivonimamo, cette fille âgée de 15 ans a été retrouvée à Antsirabe, le lundi 6 décembre, après avoir été victime d’un enlèvement à Arivonimamo, région Itasy. Ce jour-là vers 10h25, le commandant de la gendarmerie de Vakinankaratra a été averti de la présence de la jeune femme, en provenance d’Arivonimamo emmenée dans la ville d’Antsirabe pour être mise en vente. Les renseignements ont indiqué que le vendeur avait déjà un client potentiel. Avisé de ces faits, le commandant de la brigade de la gendarmerie d’Antsirabe, ayant reçu l’ordre d’intervenir dans cette affaire, a pris toutes les dispositions nécessaires pour mettre fin à cette infraction. Dans le but d’appréhender les malfaiteurs, la gendarmerie a envoyé un agent en tenue civile pour s’infiltrer. Se présentant comme un receleur, ce gendarme a réussi à négocier avec les ravisseurs. Les deux parties ont conclu que la fille serait vendue à 2 600 000 ariary. Sans aucune méfiance, les vendeurs ont fixé un rendez-vous avec le receleur à l’avenue de la gare d’Antsirabe le lundi à 18 heures. Informés de ce rendez-vous répondant au plan établi par le commandant de la brigade de la gendarmerie d’Antsirabe, des éléments de cette unité se sont rendus à l’endroit désigné pour la transaction. Pris au piège, trois individus ont été arrêtés avec l’otage. Les ravisseurs proviennent tous de la région d’Itasy. Connu sous le nom de Sitraka, le premier, selon l’enquête préliminaire de la Gendarmerie, serait le cerveau de cet enlèvement et du trafic de personnes. Il a ensuite affirmé avoir planifié cet enlèvement. Durant son interrogatoire il a annoncé que ses deux complices avaient été impliqués dans d’autres actes de banditisme, sans préciser ni lieu ni de date. L’audition de la victime a permis de savoir que le dénommé Sitraka l’a trompée en lui promettant un travail fructueux dans la capitale. D’Arivonimamo, il l’a forcée à rejoindre Antsirabe, contrairement à sa promesse. L’enquête sur cette affaire suit son cours.

T.M.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *