Prévention de la covid-19 – Les mesures barrières aux oubliettes


Les gestes barrières sont négligés, malgré la hausse des cas de coronavirus. Les forces de l’ordre seront mobilisées pour contrôler les mesures sanitaires.

Quand donc les forces de l’ordre vont-elles, enfin, intervenir pour contrôler avec sévérité le respect des gestes barrières? C’est le grand relâchement, alors que la reprise de l’épidémie de coronavirus se confirme, avec la hausse des nouveaux cas. Le préfet de Police d’Antananarivo, le général Angelo Ravelonarivo a annoncé le 22 novembre, que les gestes barrières seront obligatoires dans la région d’Analamanga. Un arrêté préfectoral a été pris, dans ce sens.

Hier, le préfet de police d’Antananarivo a indiqué que les forces de l’ordre vont intervenir, pour contrôler le respect des gestes barrières dans les lieux publics, dans les moyens de transport en commun, dans les bureaux administratifs. « Nous allons renforcer les opérations de contrôle du respect des mesures barrières. Toutes personnes qui sortent de chez elles doivent porter un masque. Même choses pour celles qui entrent dans un bâtiment administratif, dans un établissement bancaire, ou dans un véhicule de transport en commun. L’utili­sation du gel désinfectant ou de l’eau avec du savon est, aussi, Q obligatoire, à l’entrée de ces endroits », a-t-il déclaré.

La préfecture de police d’Antananarivo, les forces de l’ordre et le ministère de la Santé publique qui se sont réunis, vendredi, ont pris ces mesures, face à la nouvelle propagation de l’épidémie de coronavirus.

Pas de gel

Depuis, le port de masque est encore négligé dans les lieux publics. Et les dispositifs de lavage des mains sont inexistants à l’entrée de plusieurs bureaux administratifs, établissements scolaires et moyens de transport en commun. « Il nous est impossible d’acheter du gel désinfectant, avec ce qu’on gagne depuis la réduction du nombre de passagers par banquette. C’est à l’État de fournir les transporteurs s’il veut éviter la propagation du virus », s’indigne Herivola, transporteur en commun.

Les écoles ne disposent pas non plus de gel désinfectant. « Les élèves lavent leurs mains avec uniquement de l’eau, lorsque le robinet n’est pas à sec. L’école n’a pas de savon », confie un directeur d’école. Beaucoup semblent encore ignorer le danger de la maladie à coronavirus. Elle a tué au moins cinq personnes, en l’espace de sept jours, selon le dernier bilan épidémiologique. À l’étranger, la maladie tue des centaines de personnes, en l’espace de 24 heures.

Le port de masque, la distanciation physique de un mètre et le lavage des mains sont, selon les professionnels de santé, les moyens les plus sûrs pour prévenir cette maladie. « Des mesures plus sévères seront prises à l’encontre de ceux qui refusent de respecter les instructions sanitaires », préviennent le général Angelo Ravelonarivo.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *