Ouverture du procès dans l’affaire Apollo 21


Vingt et une personnes, impliquées dans l’affaire baptisé Appollo 21 et accusées d’avoir planifier l’assassinat du président de la République et d’autres personnalités politiques du pays ont été présentées devant la barre de la Cour criminelle à Anosy hier.

Le procès de cette affaire qui a défrayé la chronique quelques mois plus tôt s’est ouvert hier et devrait durer quelques jours. La première journée s’est déroulée sous haute surveillance, sans être à huis clos pour autant. La plupart des prévenus, dont Paul Rafanoharana, le présumé cerveau de l’affaire, 12 éléments des forces de l’ordre dont deux généraux retraités et deux autres citoyens français, ont été entendus. Les accusés sont poursuivis pour atteinte à la sûreté de l’Etat, association de malfaiteurs et complot en vue d’assassiner le président.

Du matin jusqu’après-midi, les prévenus se sont succèdés à la barre. Un exercice fastidieux et ennuyant aussi bien pour l’assistance que pour les juges étant donné qu’aucun nouveau élément n’a été rapporté dans le cadre de cette affaire.

La défense des accusés a quant à eux dénoncé un vice de procédure. Cela commence par l’audition des prévenus à Ivato qui s’est déroulé sans aucun respect du secret de l’enquête à cause entre autres de l’utilisation des enregistrements sonores et vidéos, la non-considération de la présomption d’innocence désormais décriées par de nombreux responsables et anciens responsables au niveau du ministère de la Justice ainsi que la perquisition faite au domicile des accusés malgré l’absence d’un mandat de perquisition.

Une avocate de Paul Rafanoharana indique de son côté qu’il s’agit d’un procès inéquitable. « Nous n’avons pas assez de temps pour préparer la stratégie de défense, avec un accès difficile à nos clients », regrette-t-elle.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *