Pour se protéger – Midi Madagasikara


On est entré véritablement dans le vif du sujet quand on regarde le bilan officiel publié le week-end dernier. Le silence observé par les autorités auparavant avait créé un certain malaise. Il était nécessaire de faire savoir que le virus était en train de se propager et d’encourager la population à y faire face. Les mesures vont commencer à se durcir et l’on parle déjà d’intervention des forces de l’ordre pour obliger les récalcitrants à porter un masque.

Des mesures coercitives : Pour se protéger

Le Vakinankaratra est une région qui compte actuellement de nombreux cas de contaminations. Une trentaine y a été détectée la semaine dernière et la propagation du virus se fait rapidement. Le gouverneur a décidé de réagir et des mesures contraignantes ont été prises pour empêcher le cluster d’élargir son cercle. Un barrage sanitaire a été installé à l’entrée d’Antsirabe. Le centre régional de commandement opérationnel du Vakinankaratra contre la Covid-19 est de nouveau en service. Les responsables du ministère de la Santé suivent de très près la situation. Comme nous le disions avant  hier, le branle-bas de combat est lancé. Il ne s’agit plus d’une alerte, mais d’une mobilisation de tous les moyens pour endiguer l’épidémie. La reprise des tests PCR est effective. Les personnes qui éprouvent les symptômes de la maladie sont tout de suite prises en charge par les services médicaux. Les hôpitaux sont prêts à accueillir les sujets à risque. La campagne d’information sur le coronavirus a repris. Pendant ce temps, les incitations à se faire  vacciner continuent. On vient d’apprendre qu’une cargaison de 400 000 doses de vaccin Pfizer va arriver prochainement. Il est temps maintenant de reprendre les habitudes qui avaient été abandonnées après l’embellie constatée durant ce deuxième trimestre de l’année. La reprise de l’épidémie se constate dans le monde entier. Et malgré le fait que Madagascar soit une île, elle est aussi sous la menace du virus. Il faut se réveiller et se protéger.

Patrice RABE





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *