L’Etat mise sur la relance économique et les investissements structurants


Pour atteindre un taux de croissance de 5,4%, prévu dans la loi de Finances 2022, les autorités malgaches mises sur « la normalisation de la situation sanitaire, la réouverture des frontières, l’engagement stratégique dans les investissements structurants et le retour des acteurs économiques ». Il est ainsi prévu dans ce document, que les investissements publics atteignent 9,2% du PIB et les investissements privés 16,6% du PIB en 2022. Il en va de soi que l’inflation est maîtrisée avec un taux régressif de 6,4% contre 7% cette année.

« La reprise économique a déjà été amorcée au dernier trimestre de l’année 2020 et s’est poursuivie en 2021. Malheureusement, la seconde vague de la pandémie de Covid-19, apparue à la fin du premier trimestre 2021, a significativement ralenti l’élan de la reprise. Aussi, la croissance économique en 2021 devrait être de +3,5% (contre une prévision de +4,3% dans la LFR 2021)  », indique le ministère de l’Economie et des Finances.

« La reprise significative des activités économiques en synergie avec les réformes entreprises devrait aboutir à une hausse des recettes fiscales pour atteindre 12,1% du PIB en 2022 (contre 10,8% en 2021) », espère le ministère de l’Economie et des Finances. « Les efforts en matière de recouvrement de recettes et une meilleure composition des dépenses permettraient de réduire sensiblement le déficit budgétaire (- 6,1% du PIB en 2022 contre -6,6% en 2021) et de ramener le solde primaire intérieur à -1,3% du PIB (contre -2,5% en 2021) ».

Ainsi, l’Etat envisage une « réforme de l’administration fiscale » par la digitalisation de la gestion de l’impôt et la bonne gouvernance. Celle-ci permettrait à l’administration de percevoir des recettes fiscales supplémentaires de l’ordre de 679,75 milliards d’ariary.

D’autres mesures fiscales seront également prises à l’instar de l’augmentation de droit d’accise sur les tabacs, l’élimination des réductions d’impôts pour investissement, l’augmentation de droit d’accise sur les alcools allant de 2500 ariary à 2750 ariary par litre, augmentation de minimum de perception de l’IRSA de 50%, la suppression de l’exonération de la TVA sur les pâtes alimentaires, de la souscription des contrats d’assurance mixte populaire et d’assurance branche vie, l’instauration de droit d’accise à l’exportation au taux de 15% sur l’or…

En 2022, les autorités malgaches évaluent par ailleurs les recettes douanières à 3 063 milliards d’ariary dont 73% proviendraient des importations des marchandises non pétrolières et 27% des importations des produits pétroliers.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *