Mondial : Les Barea retombent dans leurs travers


Quatrième défaite de Madagascar en cinq matchs, dans les éliminatoires de la Coupe du monde 2022. La Grande ile s’est inclinée devant le Bénin, hier à Cotonou.

Clap de fin pour les Barea. Ils se sont inclinés sur le score de deux buts à zéro devant les Écureuils du Bénin, hier soir à Cotonou. Ce revers enterre définitivement leur chance de qualification pour les barrages, dans ces éliminatoires du Mondial 2022.

Une journée frustrante. Ainsi peut-on décrire ce jeudi 11 novembre. Avant même le coup d’envoi, un fait contrariant est survenu. L’hymne national malgache a été interrompu par le responsable local. Un véritable manque de respect.

Néanmoins, les Barea ne se sont pas laissé déconcentrer pour autant. Pour preuve, ils se sont procuré deux grosses occasions en début de match. Métanire à la 2e minute, qui a manqué le cadre à bout portant ; et Njiva à la 23e, dont la frappe a été déviée du bout des doigts par le portier adverse. Ces deux opportunités ont masqué les difficultés de la Grande ile. En effet, elle a été acculée dans son camp durant la majeure partie de cette première période.

Douteux

Longtemps, la domination en termes de possession de balle fut stérile pour les Écureuils. Ils ont finalement été récompensés à l’approche de la pause. Une frappe à ras de terre de Dossou face à une défense malgache attentiste (43e , 1-0). Il s’agissait du premier tir cadré béninois.

En fin de seconde période, Mounié doublera la mise sur une contre-attaque (78e ). Entre temps, Éric Rabesan­dratana a joué son va-tout pour essayer de renverser la situation. Le sélectionneur malgache a envoyé sur la pelouse Hakim, Dorian, Arnaud, Amada et Gladyson. Madagascar est ainsi passé en 4-4-2, puis même en 3-4-3.

Cependant, les changements de schéma tactique n’ont pas apporté le résultat escompté. Les Barea ne sont jamais arrivés à trouver la faille. De plus, ils n’ont pas été aidés par les décisions de M. Gassama.

Le Gambien s’est de nouveau illustré par un arbitrage douteux. En témoigne, par exemple, son laxisme devant les provocations et les fautes à répétition de D’Almeida. Ce qui rappelle forcément sa prestation d’avril 2018, quand il avait accordé trois penalties en faveur de l’adversaire de Fosa Juniors en Coupe de la CAF.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *