Les ambassadeurs recrutés sur CV


Le ministère des Affaires étrangères lance un appel à candidature pour les postes d’ambassadeur de Madagascar. Les places à pourvoir ne manquent pas.

Une première. Patrick Rajoelina, ministre des Affaires étrangères,l’a annoncé lors de la présentation de la politique diplomatique de Madagascar, en septembre. Les diplomates à déployer à l’étranger seront recrutés sur la base d’un appel à manifestation d’intérêt, suivant un fiche de poste et selon des critères de compétences.

Dans ce sens, le siège de la diplomatie malgache a lancé un appel à candidature pour les postes pour les postes d’ambassadeurs e t de représentants de Madagascar auprès des organisations internationales.

L’appel à candidature a été lancé, hier. Les dossiers à fournir sont, un Curriculum vitae (CV), une lettre de motivation, un certificat de casier judiciaire vierge, un certificat de nationalité malgache, les copies certifiées des diplômes et une liste de trois personnes de référence, avec leur contact. Les candidatures doivent être envoyées à l’adresse électronique masoivoho@diplomatie.gov.mg, au plus tard, le vendredi 2 décembre, à 14 heures.

La lettre d’appel à candidature publiée, hier, énumère, aussi, les qualifications requises pour pouvoir prétendre à être nommé, au poste de patron des représentations diplomatiques de la Grande île. Il faudra avoir, au minimum, un niveau académique équivalent à un baccalauréat +5, ou être diplômé d’une grande école publique comme l’Ecole nationale d’administration de Madagascar (ENAM), l’Ecole nationale de magistrature et des greffes (ENMG), ou encore, l’Ecole de la planification (IMATEP).

De prime abord, être diplomate de carrière n’est pas un impératif pour candidater au poste d’ambassadeur. Avoir au moins dix d’expérience à un poste à haute responsabilité au sein du secteur public ou privé est requis, néanmoins. L’appel à candidature requiert, également, une culture générale suffisante en matière de diplomatie, de relations internationales, de géopolitique et de science politique.

Outre la maîtrise de langues étrangères, posséder de fortes compétences en matière de partenariat, de mobilisation des ressources et de gestion du personnel sont, aussi, demandés des aspirants au poste d’ambassadeur. La capacité de négociation internationale, ou encore, de médiation et arbitrage de conflits, ainsi que la capacité de prendre des décisions, surtout en période de crise, sont également requises. L’appel à candidature d’hier donne quelques indications sur les missions des futurs ambassadeurs.

Outre les attributions classiques des ambassadeurs, ils devront s’employer pour promouvoir l’image de marque et le rayonnement international de la Grande île. Dans une interview publiée le 11 septembre, le ministre Patrick Rajoelina, résume la politique diplomatique avec le terme diplomatie économique.

Présélection

« Très concrètement, je souhaite que nos représentations à l’extérieur soient offensives et conquérante dans le domaine économique (…) qu’elles soient flamboyantes et contribuent au rayonnement international de Madagascar. (…) Que nos représentations extérieures soient présentes partout où c’est possible, dans les rencontres économiques et qu’elles aillent chercher, chez eux, les investisseurs qui seraient intéressés par Madagascar », a ajouté le ministre des Affaires étrangères dans cette interview publiée le 11 septembre.

L’idée de la diplomatie économique mise en avant par le ministre Pa trick Rajoelina doit s’inscrire dans le cadre d’améliorer le bien-être de nos compatriotes. C’est-à-dire d’aller vers le développement. Contribuer à la création d’entreprises à Madagascar, à la création d’emplois. Dans son interview, le chef de la diplomatie a indiqué que les ambassadeurs seront soumis à une obligation de résultat.

« Dès la nomination, il y aura un contrat qui sera signé entre l’ambassadeur et le ministre des Affaires étrangères, portant sur un certain nombre d’engagements. Chaque année, il y aura l’audition de chacun des ambassadeurs (…) et tout au long de l’année, il y aura des inspections sur le travail de chacun ’, a affirmé le membre du gouvernement. Il a ajouté, (…) je souhaiterais avoir un technicien – communicant. Pour moi, un ambassadeur doit être quelqu’un qui porte le pays à l’étranger, qui le fait rayonner à l’international, mais surtout, quelqu’un rapporte à Madagascar.

Outre les qualifications requises et la mission qui attend les aspirants ambassadeurs, les postes à pourvoir ne manquent pas. Patrick Rajoelina les cibles prioritaires pour la nomination d’ambassadeur sont les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies. Pour l’heure, seules les ambassades en France et en Chine sont dirigées par des ambassadeurs. Les postes aux Etats-Unis, en Russie et au Royaume Uni attendent toujours preneurs.

Les grandes organisations internationales que sont les Nations Unies, l’Union africaine, ou encore n’ont pas encore d’ambassadeurs, non plus. Genève, qui concentre les sièges de plusieurs institutions onusiennes doit être pourvu d’ambassadeur, également. Les représentations malgaches auprès des cadors d’Afrique attendent aussi leur ambassadeur. Dans son interview, Patrick Rajoelina a lancé que l’idée est de développer un outil diplomatique qui pourra couvrir l’ensemble de la planète, directement par des ambassadeurs, ou indirectement par des consuls honoraires.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *