Assemblée nationale – Une motion de censure se trame


Les débats politiques risquent d’être à l’Assemblée nationale, dans les prochains jours. Une tentative de motion de censure contre le gouvernement couve à nouveau.

«La collecte de signatures a démarré, hier [mercredi]». C’est avec ses mots qu’un député confirme l’existence d’une initiative d’intenter une motion de censure contre le gouvernement à l’Assemb­lée nationale.

Des députés issus des différents groupes parlementaires au sein de la Chambre basse ont été contactés pour recouper l’information. Seuls des élus, membres du Groupe parlementaire uni pour la République (GPR), essentiellement composé de députés élus sous des couleurs indépendantes, ont confirmé l’existence de cette intention de fronde contre l’équipe de Christian Ntsay, Premier ministre. Paul Bert Velontsara, président du groupe parlementaire «Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina» (IRD), affirme pourtant, «il n’y a aucune intention de faire une motion de censure».

Le député Irénée Djaosera, également, membre du groupe parlementaire IRD, lui aussi, affirme qu’il n’y a pas de motion de censure qui couve à Tsimbazaza. Seule­- ment, outre les élus du GPR contactés, quelques membres du personnel de la Chambre basse confirment, cependant, qu’il y a bien une collecte de signatures qui circule dans les travées de l’institution.

«Pour l’instant, il n’y a pas beaucoup de députés qui passent à Tsimbazaza. C’est ce qui expliquerait pourquoi cette information ne fait pas encore grand bruit. Je suppose que les choses pourraient s’animer la semaine prochaine», confie une source avisée. Sauf changement, les députés se réuniront en séance plénière, mardi, pour adopter un nouvel ordre du jour.

La majorité des deux tiers

Parmi les sujets phares qui seront à l’affiche, il devrait y avoir le projet de loi de finances 2022, ou encore, les séances de questions et de réponses entre le gouvernement et les membres de l’Assemblée nationale.

Il est probable que la proposition sur l’Interruption thérapeutique de grossesse (ITG), soit, également, inscrite au programme des débats à l’institution de Tsimbazaza. Après une partie de session relativement calme, les prochaines semaines peuvent être houleuses à la Chambre basse. L’intention de provoquer une motion de censure contre la team Ntsay risque d’être un des détonateurs.

«Le président de la Républi­que a été floué», ou encore, «le gouvernement n’est pas à la hauteur de la concrétisation des Velirano du président et à solutionner les problèmes du pays», seraient les arguments soulevés dans l’acte accompagnant la collecte de signatures qui se trame à Tsimbazaza. L’équipe gouvernementale actuelle n’est, pourtant, en place que depuis un peu plus de trois. Certes, la période de grâce pourrait être épuisée. Seulement, Christian Ntsay et ses ministres ont la lourde tâche de relever le pays après la longue crise sanitaire mondiale.

La conjoncture mondiale, justement, ne facilite pas la tâche du gouvernement. Des indiscrétions murmurent, cependant, qu’il y aurait des députés et des écuries politiques «qui ne seraient pas satisfaits de la composition du gouvernement. D’autres ne digéreraient pas certaines décisions prises par l’Exécutif». D’autres voix à Tsimbazaza ajoutent, «pareil scénario revient souvent à la veille des débats sur un projet de loi de finances pour mettre la pression sur l’Exécutif».

Selon la Constitution, une initiative de motion de censure «n’est recevable que si elle est signée par la moitié des membres composant l’Assemblée nationale. Le vote ne peut avoir lieu que quarante-huit heures après le dépôt de la motion. La motion n’est adoptée que si elle est votée par les deux tiers des membres composant l’Assemblée nationale».

Pour qu’une fronde contre le gouvernement passe, il faudra, cependant compter avec le groupe IRD dont les membres composent plus des deux tiers des députés. Pareille situation sera, toutefois, une épreuve pour la cohésion des Oranges et le respect de la discipline de parti.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *