13 militaires placés en détention provisoire


L’affaire dépasse l’entendement. 13 militaires dont 4 officiers ont été placés en détention provisoire à la maison de force de Tsiafahy, à la prison d’Antanimora et à celle d’Ankazobe. Ils seraient impliqués dans le meurtre d’un jeune homme de 15 ans, du nom de Nasandratra Valimbavaka, survenu le 6 juin dernier dans la Base aéronavale d’Ivato (Bani).

Accusé de vol, le jeune homme aurait été arrêté par les militaires de cette base militaire, avec un autre enfant. Depuis ce jour-là, Nasandratra Valimbavaka est porté disparu. Sa famille s’est mise à sa recherche en vain. Toutes les informations qu’elle aurait collectées indiquent que l’enfant a été aperçu pour la dernière fois dans les environs de la base militaire. Un officier de celle-ci aurait finalement informé les proches de la victime qu’elle a été admise à l’HJRA.

À leur arrivée à l’hôpital, une semaine après la disparition, c’est un corps sans vie que les proches de Nasandratra Valimbavaka ont découverts sur la table mortuaire de la morgue. Depuis, les proches n’ont pas cessé de réclamer justice dans cette affaire malgré les tentatives d’arrangements et les multiples interventions menées par certaines personnes auprès de la famille de la victime.

La sœur de la victime a révélé qu’une association a tenté d’étoffer l’affaire en voulant donner 16 millions d’ariary à la famille pour qu’elle retire les plaintes déposées et pour démentir les informations selon lesquelles les militaires seraient à l’origine du décès de Nasandratra Valimbavaka. Les doléances déposées auprès de l’Association fitia de la Première Dame qui a pour vocation de protéger les enfants et celles adressées au service de doléances de la présidence n’auraient pas eu de suites.

Ces derniers jours, la famille a fait monter la pression en réclamant entre autres la signature de l’ordre des poursuites contre les militaires impliquées dans ce meurtre. L’affaire a été de plus en plus relayée par les médias. Et cette décision du tribunal de placer en détention provisoire les prévenus semble être une réponse à cette pression. Reste à savoir à quand le procès des prévenus.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *