Pollution de l’air : Antananarivo continue de s’asphyxier – Midi Madagasikara


La vague de pollution de l’air enregistrée durant la semaine dernière aurait été deux fois supérieure à celle d’avant la pandémie de Covid-19.

« En ce début de semaine, la qualité de l’air à Antananarivo est généralement malsaine pour les personnes sensibles à la pollution de l’air ». C’est ce qu’avance la direction générale de la météorologie dans un bulletin de surveillance de la qualité de l’air publié hier et valable du 9 au 12 de ce mois. Ainsi, les concentrations de particules fines de diamètres inférieures à 2,5 micromètres dépassent tous les seuils recommandés par l’Organisation mondiale de la Santé ou OMS dans les quartiers d’Ampandrianomby, Ambohidahy et Soanierana. La Direction générale de la météorologie fait également savoir que les conditions météorologiques seront favorables à l’accumulation de polluants dans les trois prochains jours. Conséquence, la qualité de l’air devrait rester malsaine pour les personnes sensibles comme les femmes enceintes, les personnes âgées, les personnes atteintes de problèmes respiratoires et cardiaques.

Priorités. De son côté, Rivosoa Rabenandrasana, Directeur général du développement durable auprès du ministère de l’Environnement et du Développement durable, attribue la situation actuelle au retour de plusieurs activités telles que les feux de brousses, le mauvais entretien des véhicules qui parcourent la Capitale, la fabrication des briques ou encore l’incendie continuelle de la décharge d’Andralanitra. Des activités qui perdurent et dont les effets se font ressentir entre le mois de novembre et décembre de chaque année, note toujours le Directeur général du Développement durable. Des actions de sensibilisation sur la nécessité de bien entretenir les véhicules, menées de concert par le ministère de l’Environnement et du Développement durable et la Direction générale de la Sécurité routière, la promotion de combustibles comme les gaz butanes font partie des efforts menés par le ministère de l’Environnement afin de faire face à la situation.

José Belalahy





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *