Maladies cardiovasculaires : 20% des personnes dépistées présentent des facteurs de risques évitables – Midi Madagasikara


Le Dr Feno Rabenirina utilise des équipements à la pointe de la technologie lors des dépistages effectués par « Tia Aina ».

Les facteurs aggravant les maladies cardiovasculaires sont beaucoup plus présents chez les habitants des grandes villes que ceux des zones rurales. Ils sont pourtant évitables par l’adoption d’une bonne hygiène de vie.

Dans le cadre de la prévention des maladies cardiovasculaires, l’association « Tia Aina » organise périodiquement des dépistages mobiles. Ils englobent plusieurs maladies de l’appareil circulatoire, constitué du cœur et des vaisseaux sanguins et quelques tests sont donc indispensables lors du diagnostic qui est à titre gratuit. Il y a, entre autres, l’électrocardiogramme (ECG), l’écho-doppler cardiaque, le dépistage du diabète et l’hypertension artérielle (HTA) ainsi que les questionnaires sur les habitudes de vie de la personne diagnostiquée. L’objectif étant de dégager par la suite la présence ou non des facteurs de risques. Selon le spécialiste en cardiologie, Feno Rabenirina, parmi les 150 personnes dépistées par l’association, 20% d’entre elles présentent au moins un de ces facteurs de risques dont le cholestérol, le diabète, le tabagisme, l’hypertension, l’obésité ou encore la sédentarité. « 50% d’entre elles ont déjà des problèmes de cœur mais elles ne sont au courant de leur état de santé qu’après le diagnostic. Ces personnes sont orientées vers les spécialistes en cardiologie car je ne réside pas à Madagascar, je ne peux donc pas faire leur suivi médical régulièrement », a-t-il indiqué.

Signes. Les symptômes sont très variés et certains patients ne présentent même pas de signes. Par contre, l’essoufflement, la fatigue, les palpitations, l’évanouissement, les douleurs thoraciques, le gonflement des pieds font partie des signes qui ne trompent pas. L’infarctus du myocarde et la valvulopathie sont les formes les plus fréquentes des maladies cardiaques. La coronarographie qui est une technique d’imagerie pour visualiser les artères coronaires n’existant pas encore à Madagascar, idem pour l’opération de la valve cardiaque, « la prévention reste donc la meilleure stratégie contre les maladies cardiaques. C’est pourquoi, nos consultations gratuites s’accompagnent toujours d’une sensibilisation pour la conscientisation de tous sur les méfaits du tabagisme ou encore du diabète sur la santé », renchérit ce cardiologue.

Descentes. L’équipe conduite par le Dr Feno Rabenirina multiplie actuellement les descentes pour une consultation gratuite et pour une campagne de sensibilisation. Les 8 et 9 novembre, les habitants de Talata-Volonondry et ses alentours se sont rués vers la FJKM Avaratsena pour se faire diagnostiquer mais seuls ceux qui s’étaient inscrits au préalable ont pu en bénéficier. Cette descente se poursuit ce jour à Itaosy et pour une durée de trois jours. « Cela fait déjà plus de dix ans que je suis hypertendu. Ce dépistage des maladies cardiaques est une grande première pour moi et je profite que cette hypertension n’engendre pas d’autres maladies encore plus graves », témoigne une mère de famille lors du dépistage à Talata-Volonondry.

Prévention. La prévalence des facteurs de risques cardiovasculaires est plus élevée en milieu urbain qu’en milieu rural, d’après le constat de ce cardiologue. « Le mode de vie urbain serait générateur de stress si l’on ne cite que les embouteillages. Contrairement à la population rurale, les citadins ne pratiquent pas de sport. Pourtant, la pratique régulière d’une activité physique améliore la circulation sanguine et c’est aussi un bon moyen pour lutter contre l’hypertension artérielle », a-t-il conclu.

Narindra Rakotobe





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *