Zones régionales et nationales – Hausse des frais de transport à partir du 22 novembre


L’augmentation sera prévue sur plusieurs zones. Le ministère de tutelle prévoit une négociation avec les concernés.

Les transporteurs des zones régionales et nationales ont annoncé l’effectivité de la hausse des frais de transports à partir du 22 novembre. « Après l’Assemblée Générale des transporteurs au niveau de quatre gares routières dont celui de Maki Andohatapenaka, du Fasan’ny Karana, d’Ampasam­pito et d’Antohomadinika le 23 octobre, il a été décidé que nous appliquerons des nouveaux tarifs sur plusieurs zones. Ce changement sera appliqué le 22 novembre », explique Veloma­nantsoa Rakotoari­velo, vice-président du Comité de Gestion de la Gare Routière du Fasan’ny Karana.

Les raisons de ces nouveaux tarifs étant le mauvais état de certaines routes nationales, mais d’autres facteurs entrent en jeu. « La hausse des frais découle de la faillite de certains transporteurs. Le mauvais état des routes entraîne des pertes auprès des transporteurs. De plus, le prix des pièces de voitures pour l’entretien a considérablement augmenté depuis quelques mois avec la patente», enchaîne le vice-président.

Négociation

Les transporteurs soutiennent que les fourchettes de prix sont restées les mêmes depuis l’année 2009. « Il est temps de mettre à jour ces prix puisque nous n’arrivons plus à remplir le versement avec nos dépenses », indique-t-il.

Les tarifs sont applicables auprès des routes nationales comme la RN2 dont les frais de transport seront de 30 000 ariary au lieu de 20 000 ariary pour l’ancien tarif. Alors que sur Antanana­rivo-Vatomandry, les frais passeront de 17 000 à 20 000 ariary. Pour rejoindre Tolagnaro depuis Antanana­rivo, il faut 120 000 ariary. Le coût du transport pour aller à Mahanjaga depuis la capitale est passé de 30 000 ariary à 50 000 ariary. Selon eux, la décision allège également les transporteurs qui ne seront plus obligés de porter des colis plus lourds afin de combler leurs pertes.

Pour les passagers, une grogne se fait sentir après l’annonce des transporteurs de cette décision. « Il est inconcevable qu’une telle hausse puisse se faire par rapport à une telle conjoncture », se plaint un père de famille. Pour ceux qui voyagent beaucoup, les nouveaux tarifs pèsent sur eux. Les transporteurs eux ne comptent plus revenir sur leurs pas. « Les décisions ont été prises unanimement. Nous ne pouvons plus faire machine arrière. On a déjà évoqué à mainte reprise les problèmes au niveau des routes nationales mais aucun engagement de travaux n’a eu lieu », soutient le vice-président.

Au niveau du ministère des Transports, une négociation devrait se tenir entre les transporteurs et le ministère afin de trouver un terrain d’entente. Du surcroît, des procédures devraient être respectées avant de telles décisions, selon une source.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *