Institut Français de Madagascar – Nate Tex confirme son talent


Un jeune artiste des plus créatifs et audacieux, fort d’un dynamisme qui lui est sans aucun doute exclusif à l’heure actuelle dans le milieu artistique. Nate Tex s’est révélé être une véritable bête de scène à l’Institut français de Madagascar (IFM) au cours des deux dates où il y était à l’affiche. Le jeune chanteur et désormais crooner confirmé n’a pas fait les choses à moitié pour surprendre, éblouir, mais également pour amuser son public tout au long de ces concerts.

Respectivement dans la soirée du vendredi à partir de 20h et rebelote le samedi à 15h, Nate Tex s’est donné corps et âme pour ses retrouvailles avec le public. D’un airtaquin, voire très espiègle et moqueur, l’artiste complet qu’il est a amplement su charmer son auditoire lors de ces deux rendez-vous. « Cela fait un bail que l’on ne s’est pas retrouvé. Le confinement et le reste n’ayant pas arrangé les choses. C’est pourquoi, mes musiciens et moi même, nous allons nous donner à fond pour vous en vous proposant le meilleur des spectacles » affirme-t-il. Avec Ivenco à l’organisation, c’est ainsi deux concerts aux allures de grands cabarets parisiens que Nate Tex a présenté. Les jeux de lumières éblouissant les mirettes du public, le musicien et comédien de théâtre qu’il est nous livre tout un show haut en couleur. C’est avec le titre « Fitia » en collaboration avec Quatuor Squad qu’il ouvre alors le bal, comme pour symboliser ce romantisme réciproque entre lui et ses fans.

One man show

Comme il l’adéjàdémontré sur la scène du CCESCA Antanimena pour la présentation de son premier album sobrement intitulé « Zara-Kanto », la grande particularité de Nate Tex reste sa proximité avec son public.

Une fois le rideau levé, Nate Tex ou Zonirina Nantenaina de son vrai nom enchaîne d’un trait tout le concert. Il reprit alors toutes ces chansons qui ont forgé sa notoriété, notamment «Tantara mamy », « Fanainga», mais aussi de belles surprises. « L’amour m’a toujours inspiré, plus particulièrement les peines de cœur et je vois que ça me réussit plutôt bien vu comment vous aimez mes chansons » confie-t-il.

Le concert s’enchaîne alors crescendo, lorsque Nate Tex dévoile son plus grand atout également, son talent de comédien de théâtre, lui qui est l’un des membres émérites de la compagnie Miangaly théâtre. Il nous interprète alors l’une des vaudevilles d’Etienne Ramboatiana dit Bouboul surlemariage.Dans lepublic, un homme scande alors « Chantes nous une chanson de vrais bonhommes ! ». Ce à quoi, Nate Tex rétorque en interprétant « Aza misara mianakavy » de Mahaleo avec en bonus, l’apparition de Bekoto en personne sur la scène pour l’accompagner. Telle jeune Henri Ratsimbazafy d’antan, Nate Tex suit ainsi la voie de ceux qui concilient aussi bien créativité, présence scénique et communion avec le public.

L’un des moments phares des retrouvailles avec Nate Tex sur scène fut également ce petit sketch ou plutôt saynète qu’il a partagé avec ses pairs de la compagnie Miangaly théâtre, que sont Barry Benson également slameur et la comédienne Nathalie Rason. Un moment d’entracte théâtral que les trois ont partagé sur scène avec le public en interprétant ensemble un scénario des plus hilares.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *