Hausse de l’hospitalisation des enfants


Les enfants font les frais de la variabilité climatique et de la pollution de l’air. Des hôpitaux pédiatriques sont pleins.

Patientez s’il vous plait. Nous avons beaucoup d’urgences », a répondu un médecin à une femme qui a demandé des informations dans un service d’urgence d’un hôpital pédiatrique, samedi. Les professionnels de santé étaient occupés à soigner des patients dans un état critique. « Les cas d’enfants souffrants de convulsion ont été nombreux ce jour (ndlr : samedi). Leurs températures s’élèvent avec la forte chaleur, mais, aussi, à cause d’une infection virale », explique un médecin de garde de cet hôpital. C’est la saison des infections respiratoires, selon un pédiatre d’un autre hôpital des enfants.

« Nous ne pouvons pas confirmer s’il y a liaison entre la recrudescence des infections respiratoires et la pollution de l’air. Ce qu’on peut affirmer, c’est que la hausse des crises d’asthme et la bronchiolite coïncide avec cette hausse du taux de la pollution de l’air, chaque année », explique-t-il. Un autre médecin souligne que la variabilité climatique et la pollution de l’air déclenchent des réactions allergiques qui se manifestent par un larmoiement, un prurit oculaire, un écoulement nasal, une angine, des toux, chez plusieurs en fan ts. Plusieurs enfants développent la forme grave de ces maladies, provoquant, une hausse des patients hospitalisés, en ce moment.

Un danger sanitaire

Les plus jeunes sont les plus vulnérables. Des petits patients âgés à peine de deux mois sont sous-oxygène dans les hôpitaux. « Tout le monde a été enrhumé à la maison. Il a attrapé le virus, probablement. Nous sommes allés à l’hôpital, mercredi, car il a eu de la difficulté à respirer », indique le parent d’un nourrisson de deux mois, hospitalisé dans la clinique La Référence Médicale à Ampandrana.

Cet enfant a été pris en charge à temps, son état commence à s’améliorer. Un autre bébé du même âge n’a pas eu cette chance. Il est décédé, vendredi. « Il ne respirait plus lorsqu’il est arrivé à l’hôpital», affirme le Dr Tovo Hery Ravelomanana, spécialiste de la pédiatrie dans cette clinique. Ce pédiatre conseille aux parents d’emmener leur enfant à l’hôpital, une fois qu’il a de la difficulté respiratoire, ou fait une toux irritative. Le refus de s’alimenter est, également, un signe de danger, selon ce médecin.

Les pédiatres lancent l’alerte face à cette pollution de l’air grandissante. Elle génère un danger sanitaire, chez les plus petits. « Trois quarts de nos patients souffrent de problème respiratoire. Et presque un enfant sur deux est asthmatique, de nos jours», lance le Dr Tovo Hery Ravelomanana. Cette pollution de l’air provoque d’autres maladies que les maladies respiratoires. Elle est « cancérogène » pour l’homme. Le Dr Tovo Hery Ravelomanana recommande aux familles de sortir de la ville d’Antananarivo, ponctuellement, pour s’aérer. Les pédiatres exhortent les parents, par ailleurs, à la désobstruction nasale régulière de leurs enfants et au respect de gestes barrières.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *