Le vaccin BCG en rupture de stock


Le vaccin contre la tuberculose (BCG) est en rupture de stock dans les centres de santé. Le ministère de la Santé publique parle d’un retard de livraison.

Des parents s’alarment. Le vaccin contre la tuberculose est introuvable dans plusieurs centres de santé publics et privés, en ce moment. Certains ont fait le tour des centres de vaccination de la capitale, dans l’espoir d’en trouver un qui dispose du vaccin BCG, ils sont rentrés bredouilles. « Nous ne pourrons vacciner que quinze enfants, pour la journée de vaccination de demain (ndlr: ce jour), avec les doses restantes. Lorsque ces doses seront épuisées, nous ne pourrons plus vacciner de nouveau-nés, qu’après réapprovisionnement », confie une sage-femme qui travaille dans un centre de santé de la capitale, hier. Des parents ont contacté des pédiatres pour demander un circuit dans lequel ils peuvent trouver le vaccin. Les pédiatres n’en trouvent pas.

Le vaccin BCG est en rupture de stock dans presque toutes les formations sanitaires. Les responsables des centres de vaccination ont passé leur commande au niveau central. Mais leurs établissements n’ont pas été réapprovisionnés, jusqu’à hier soir. « Nous avons commandé une centaine de doses de BCG. Nous sommes rentrés avec zéro dose, ce jour (ndlr: hier) », affirme un responsable d’un centre de vaccination.

Le ministère de la Santé publique explique cette rupture de stock du vaccin BCG, par le retard de livraison. Il rassure que l’approvisionnement est en cours.

Pas d’inquiétude

Cette pénurie du vaccin BCG risque d’avoir des impacts sur les nourrissons. « Si un enfant manque ce vaccin, il risque de développer la méningite tuberculeuse ou la miliaire tuberculeuse », explique un pédiatre. Ces maladies contagieuses et mortelles, touchent de nombreuses personnes, chez nous, selon l’affirmation des médecins. Pour prévenir ces formes graves de la tuberculose, un pédiatre recommande l’administration précoce de ce vaccin, chez le nouveau-né. « Il obtiendra la protection optimale, lorsqu’il reçoit assez tôt la dose », ajoute la source. L’adminis­tration du BCG doit s’effectuer avant le quarante-cinquième jour de l’enfant, selon les recommandations.

Le ministère de la Santé publique souligne que les parents n’ont pas à s’inquiéter. « Le BCG pourra être administré jusqu’au onzième mois de l’enfant », lance un responsable au sein de ce département. Des pédiatres précisent, toutefois, qu’un nourrisson risque la contamination, en cas de retard de l’administration du vaccin. En attendant la disponibilité du vaccin, les professionnels de santé exhortent la protection de l’enfant. « Portez un masque, changez de vêtements lorsque vous vous approchez du bébé ».



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *