Le ministre de la Justice parle de l’avancée des dossiers


Le ministre de la Justice, Herilaza Imbiki, a remis hier sur le tapis des dossiers sensibles qui ont défrayé la chronique dans le pays cette année. Concernant le trafic de 73,5 kg d’or interceptés en Afrique du Sud le 31 décembre 2020, il a déclaré «  Que toutes les vérités sur cette affaire soient établies ! Et que les responsables soient punis !  ». Ce, avant d’ajouter que « L’enquête est toujours en cours ».

« Cette affaire a vu l’implication de tout un réseau de trafiquants éparpillés partout dans le pays et à l’étranger  », a-t-il révélé. Cela se confirme entre autres par les différents moyens et stratégies utilisés par les trafiquants pour faire sortir autant de ressources minières à l’extérieur du pays. Les enquêtes menées sur le sol malgache ont permis de mettre la main sur plusieurs personnes, à des niveaux de responsabilités différents, à Madagascar. Sans parler des trois personnes placées en détention en Afrique du Sud.

Une fois de plus, les autorités malgaches, par le biais du ministre de la Justice, ont indiqué que ce sont « des ressources naturelles appartenant au peuple malgache ». Leur rapatriement dans le pays s’avère alors très important bien que cela ne se fasse pas à une célérité avec laquelle la population l’aurait voulue. Herilaza Imbiki a ainsi rassuré qu’il « échange régulièrement des informations sur le dossier avec l’Etat sud-Africain », le pays de transit de la marchandise et de détention provisoire des présumés trafiquants.

Plus de dix mois après la révélation de cette affaire par les médias, malgré la relance et l’interpellation des autorités malgaches, ce dossier semble être oublié : le rapatriement de l’or reste sans suite et l’extradition des présumés passeurs est considérée comme étant classée. Il en est de même pour le sort des 13 personnes placées en détention provisoire dans le pays et qui seraient impliquées dans ce dossier. Pourtant, les tentatives de trafic de ressources minières dans le pays ne cessent de continuer et de se multiplier.

Concernant l’affaire Appollo 21 qui consistait en une tentative d’assassinat de quelques personnalités politiques malgaches, dont le président de la République, Herilaza Imbiki a déclaré que « L’affaire est devant la chambre d’accusation de la Cour d’appel en ce moment  ». Il a ainsi ajouté que « les avocats des prévenus ont demandé une annulation de l’ordonnance de transmission du dossier devant le juge d’instruction ».



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *