le directeur du Programme alimentaire mondial interpelle les milliardaires américains



Son appel a fait grand bruit : la semaine dernière sur la chaine américaine CNN. David Beasley, le directeur du Programme alimentaire mondial, qui travaille sous l’égide de l’ONU, a interpellé les milliardaires, les super-riches, comme Elon Musk, le patron de Tesla, et Jeff Bezos, celui d’Amazon, pour qu’ils donnent un peu de leur richesse et aident à contrer la famine qui frappe actuellement plusieurs pays du Sud, le budget annuel du PAM n’y suffisant plus. « Ces milliardaires doivent se mobiliser maintenant, dit-il. Sils donnent six milliards de dollars, cela soulagera immédiatement 42 millions de personnes qui mourront littéralement de faim si nous ne les aidons pas. »

Pour illustrer sa demande, David Beasley a donné un exemple précis : six milliards de dollars, c’est ce que gagne en une journée l’homme le plus riche du monde, Elon Musk. C’est 2% de ses 300 milliards de fortune.  Mardi 2 novembre, le principal intéressé a répondu « d’accord » : il acceptera de donner six milliards si, et seulement si, le programme de l’ONU peut démontrer que cet argent va mettre un terme à la faim dans le monde. Sous-entendu, c’est impossible, cela ne sert à rien.

Phrase qui lui vaut d’être applaudit sur Twitter, ses fans saluant sa répartie, expliquant que non seulement rien ne peut régler la faim dans le monde, mais que le patron de Tesla n’a pas de comptes à rendre. L’affaire aurait pu s’arrêter là, mais David Beasley est revenu à la charge. Parce qu’à vrai dire, il connait très bien les milliardaires américains, et il connait très bien Elon Musk.

À 64 ans, avant de diriger le Programme alimentaire mondial, David Beasley a longtemps été élu au parti Républicain. En bon conservateur, il a toujours défendu les plus riches, et combattu l’augmentation des taxes. Il s’estime donc légitime pour insister. Hier, il a rappelé que tout ceci n’est pas qu’une joute verbale, que 42 millions de personnes, en Afghanistan, au Yémen, en Ethiopie, à Madagascar, n’ont plus ni farine, ni riz, ni lait.

« Il ne s’agit pas, dit-il sur CNN, d’éradiquer la faim dans le monde, il s’agit de régler cette famine hivernale-là (…) Je n’essaye pas d’embêter Elon Musk, je suis très heureux qu’il fasse fortune, mais d’un côté des milliardaires ont engrangé des sommes extraordinaires pendant la crise du Covid, et de l’autre des gens meurent, nous devons répondre à ça, s’il vous plait, aidez nous. » L’histoire ne dit pas ce que feront Elon Musk et les autres milliardaires visés, mais elle a au moins le mérite de mettre sur table cette urgence peu médiatisée.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *