Intégration des dépôts de médicaments


L’Ordre des pharmaciens campe sur sa position et demande une négociation. Il conteste d’être mis au même rang que les dépôts de médicaments.

C’est à travers une conférence de presse effectuée auprès du siège à Nanisana que l’Ordre des pharmaciens a réaffirmé sa position par rapport à la proposition de loi sur les dépôts de médicaments. « Une proposition qui remet en cause le code de santé puisqu’ il a été disposé que les dépôts de médicaments installés au préalable peuvent et doivent s’installer même si une pharmacie s’installe. Nous ne pouvons pas l’accepter», insiste Hortense Andrianaivo, présidente de l’Association des pharmaciens de Madagascar. Pour les pharmaciens, la proposition de loi remet en cause la santé. « Dans le texte précité, il est mentionné que les dépôts de médicaments, légaux ou pas, sont concernés par cette proposition de loi. Pour nous, l’adoption de cette loi vaut acceptation de tous les dépôts qui seront mis sur le même pied d’égalité que les pharmacies. Les pharmaciens ont passé des années d’études dans ce domaine et pour les dépositaires de médicaments, il leur suffit de trois mois de formation avant de gérer le dit dépôt », indique Feno Emile, président régional dans l’Atsinanana de l’ordre des pharmaciens.

Solution

Pour ces derniers, il est clair que le maintien des dispositions dans la proposition de loi risque de chambouler l’ordre établi.

« En principe, lorsqu’une officine s’installe, les dépôts doivent fermer ou reculer de plusieurs kilomètres, ce que nous sommes prêts à négocier d’ailleurs. L’autorisation d’ouverture d’un dépôt doit rester une mesure conjoncturelle. Nous reconnaissons les dépôts de médicaments. Ils sont absolument nécessaires pour permettre l’accessibilité des médicaments dans les localités isolées et qui n’ont pas de pharmacie », avance la présidente de l’Association des pharmaciens.

L’insuffisance en nombre des pharmacies dans les zones plus ou moins reculées a fait place à l’installation des dépôts de médicaments. Près de deux cent soixante officines de pharmacie opèrent dans tout Madagascar. Les pharmaciens sont en sous nombre puisqu’ils sont environ trois cent cinquante. Un effort est avancé dans la mise en place de pharmacie dans toutes les localités. Se décentraliser auprès des zones les plus reculées est la première solution avancée par l’ordre des pharmaciens. Nous faisons les efforts nécessaires afin que les cent dix-neuf districts sanitaires puissent bénéficier de pharmacie à proximité de chez eux », indique Richard Randriantiana, vice-président de l’Ordre.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *