Science : Au tout début était le chant de l’Indri indri – Midi Madagasikara


L’Indri indri chanteur en danger critique d’extinction.

L’Indri indri savait chanter depuis des millénaires, et ce n’est pas l’Homme qui le lui a appris. Une récente étude confirme la capacité musicale de ce primate malgache.

Les « Indri Indri » savent chanter, cette récente découverte scientifique d’une équipe internationale menée par des américains vient d’être publiée dans la revue Current Biology. De plus, à part les cris, ils peuvent entonner des séances musicales prolongées et constantes selon un rythme défini. Si ce n’est pas chanter, ce serait faire mentir les regrettés Pavarotti et James Brown.

Si le genre humain s’évertue depuis des millénaires à retracer l’histoire de la musique, les Indri indri pourraient bien être l’un des maillons essentiels de cette quête. Pour les musicologues, les premières évolutions de la musique humaine seraient influencées par son environnement. Ainsi, d’autres espèces ont déjà été étudiées, mais rares sont ceux qui apportent autant de certitudes que l’animal malgache.

D’après le Dr Andrea Ravignani, « 636 enregistrements de vocalisations de 39 Indris adultes » ont été écoutés. Les scientifiques ont alors mis douze ans à décortiquer ces séquences. Pour tomber sur un résultat sans appel, « les Indri indri savent chanter ». Mieux même, les chercheurs ont établi que ces animaux peuvent chanter sur le rythme de « We will rock you » du groupe Queen.

De quoi rendre gaga un professeur de chant. Il reste donc à connaître l’importance du rôle de cette musique dans la vie de ces primates. La meilleure hypothèse reste la survie. Du fait que l’Indri indri aurait appartenu à l’Afrique continentale auparavant avant de se retrouver à Madagascar. Le changement d’environnement l’aurait poussé à adopter la chanson en moyen de communication. Ce ne serait pas étonnant si l’Homme s’en serait inspiré il y a déjà des milliers, voire des millions d’années.

Hélas, l’Indri indri est considéré comme l’un des espèces de lémuriens « le plus en danger d’extinction », classé « CR A3cd » : en danger critique d’extinction. Il est aussi classé comme le plus grand lémurien de Madagascar. Pour le retrouver, il faut longer la côte  malgache, notamment, les parcs d’Andasibe, Marojejy, Maromizaha et Perinet.

Maminirina Rado





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *