Affrontements entre le fokonolona et les forces de l’ordre


Déterminé à arracher aux gendarmes un homme montré du doigt de rapt d’enfants, le fokonolona a couvert de jets de pierres les forces de l’ordre. L’arrivée d’un renfort a fait basculer la situation.

AFFRONTEMENTS à Ambohimangakely, hier, vers 16 heures, aux abords du rond-point d’Ambohimahitsy. Une foule furieuse a exigé aux forces de l’ordre qu’ils leur remettent un individu montré du doigt de rapt d’enfants. La foule a couvert de jets de pierres les forces de défense et de sécurité qui s’y opposaient.

Un blessé a été répertorié. Il a été touché à la tête par un galet. Après de longues négociations infructueuses, les forces de gendarmerie et celles de la police ont dû disperser le fokonolona.

L’échauffourée a cessé vers 20heures. Des rumeurs sont à l’origine des manifestations. Une bande de jeunes délinquants a commis un vol dans une propriété à Mahazo.

Ayant réussi à s’échapper après avoir été appréhendés, ces derniers ont raconté que l’individu qui les a capturés serait un voleur d’enfants. En un éclair, la foule s’est déchaînée sur celui-ci.

Le vol a été perpétré par plusieurs adolescents. Pris sur le fait, sept d’entre eux ont été enfermés dans un véhicule pour indiquer les domiciles de leurs comparses en fuite.

Vandalisme

Quatre des jeunes délinquants ont réussi à s’échapper. Ils ont monté e fokonolona contre l’homme qui les a surpris. Mis à l’index comme étant un kidnappeur, celui-ci a subi la colère des personnes sur place. Ces dernières ont crevé l’une des roues de son véhicule et ont commencé à s’en prendre à lui. Un gendarme qui se trouvait dans les environs est intervenu inextremis. D’emblée, il a préconisé que l’individu exposé à un risque de lynchage soit conduit à la brigade territoriale de la gendarmerie nationale à Mahazo. La foule en furie ne l’a pas néanmoins entendue de cette oreille-là. Très vite, les rumeurs selon lesquelles un ravisseur d’enfants aurait pris la fuite au volant de son véhicule avec une roue crevée, a fait le tour des environs. Une publication sur facebook a aggravé la situation. L’envoi de renfort sur les lieux de l’affrontement a permis aux autorités de reprendre le contrôle de la situation.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *