Un black-out à craindre pour le week-end


Une autre panne est survenue à le centrale hydraulique d’Andekaleka. L’approvisionnement en électricité pourrait être affecté pour la fin de cette semaine.

La panne d’Ande­kaleka n’est pas encore résolue, les coupures fréquentes d’électricité risquent de se prolonger en fin de semaine. Sur sa page, le ministère de l’Énergie et des hydrocarbures explique que cette panne est due à un problème technique du groupe N°3, un groupe qui fournit près de 30 MW au Réseau Inter­- connecté d’Antananarivo (RIA). Dans ce communiqué, le ministère indique que les techniciens sont en train de résoudre progressivement le problème. Par ailleurs, une fuite a été également constatée sur une vanne à Andekaleka.

De ce fait, l’approvisionnement en électricité de la capitale pourrait être affecté, à la lecture de ce communiqué du ministère. Afin de limiter les dégâts, les travaux pour le rétablissement de ce problème technique seront accélérés. Une descente a été effectuée par le directeur général par intérim de la JIRAMA e t le responsable auprès du ministère de l’Energie e t des hydrocarbures à Andekaleka. Interrogé sur le dénouement de la situation, une source auprès de la J IRAMA a affirmé que les résultats de la descente effectuée vont déterminer les problèmes et trouver des solutions rapidement et ce afin d’éviter les coupures en fin de semaine.

Coupures incessantes

Depuis le dernier weekend, plusieurs quartiers de la capitale ont subi des coupures à longueur de journée. Ce problème s’est manifesté jusqu’à hier, plongeant certains quartiers dans le noir. Une source auprès de la JIRAMA a indiqué qu’un court-circuit dans la centrale hydraulique d’Andekaleka a été la cause de l’approvisionnement en électricité de plusieurs quartiers de la capitale. « La coupure perturbe notre activité quotidienne. Depuis plusieurs jours, on a droit à une à deux coupures dans une journée », déplore une mère de famille. Les coupures d’électricité sont devenues le lot quotidien des habitants d’Antana­narivo. Toutes les activités qui dépendent de l’électricité sont chamboulées dès qu’il y a une panne du réseau de distribution. « Comment peut-on travailler tranquillement si les coupures deviennent fréquentes? Nos produits sont impactés directement par cette situation », se lamente un poissonnier d’Andrai­soro. Les abonnés de la JIRAMA ont crié leur ras le-bol face à cette situation. « Le courant a été coupé à chaque fin d’après-midi et c’est à ce moment que je peaufine mon travail. Je suis obligé de trouver des alternatives pour le finir à temps », témoigne une mère de famille vivant à Ankadi­fotsy.

 



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *