Princesse Mako du Japon a enfin dit oui à Kei Komuro – Midi Madagasikara


Princesse Mako du Japon et son mari Kei Komuro

C’est fait ! Hier, la princesse Mako du Japon a épousé son fiancé, l’avocat Kei Komuro. Une cérémonie sur fond de scandale qui fait beaucoup parler au sein de l’empire du Soleil Levant.

Le mardi 26 octobre 2021 restera une date importante pour la princesse Mako, nièce de l’empereur du Japon. La jeune femme, âgée de 30 ans, a enfin pu épouser l’avocat Kei Komuro, roturier avec lequel elle était fiancée depuis 2017. Leurs fiançailles, très commentées au Japon, avaient déclenché de nombreuses polémiques. Depuis l’annonce de son mariage, la santé mentale de la jeune femme inquiète. Sa psychiatre avait ainsi dévoilé que la princesse souffrait de stress post-traumatique, lié aux nombreuses affaires autour de son union : organisation de la cérémonie, report de la date pour des raisons financières…

C’est auprès de l’AFP que la confirmation de l’union a été faite le mardi 26 octobre par un représentant de l’Agence impériale :  » Les documents matrimoniaux ont été présentés et acceptés « , lit-on. Une déclaration brève, étant donné le climat qui a précédé ce mariage. En effet, pour pouvoir épouser l’homme de son choix, la princesse Mako a dû renoncer au faste des rites traditionnels et à une importante indemnité financière.

Pas de cérémonie de mariage pour la princesse Mako

À la télévision, les Japonais ont pu assister aux adieux de la princesse Mako du Japon. Désormais épouse du roturier Kei Komuro, la princesse a quitté sa résidence impériale d’Akasaka, à Tokyo. Malgré les désaccords nombreux avec sa famille, la nièce de l’empereur du Japon a tout de même pris soin d’embrasser sa sœur et de s’incliner une dernière fois devant ses parents. Comme convenu, l’héritière n’aura pas de réception de mariage :  » L’institution impériale avait précisé plus tôt ce mois-ci, que la cérémonie de mariage, le banquet de réception et d’autres rituels n’auraient pas lieu « , révèle Pure People.

En brisant la tradition, la princesse Mako du Japon a notamment refusé de percevoir l’indemnité  » accordée aux femmes de la maison impériale qui épousent des roturiers, et pouvant atteindre 153 millions de yens (1,2 million d’euros) « , précise le confrère. Loin de leurs proches et de la controverse, c’est aux États-Unis que les nouveaux mariés comptent commencer leur nouvelle vie, à l’image d’Harry et Meghan…

Gala.fr





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *