CENI : Les nouveaux membres seront connus cette semaine


Les députés ont élu hier leur représentant au sein de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Houssen Abdallah, ancien ministre de la justice et ancien député représentera ainsi l’Assemblée Nationale dans cet entité chargé de l’organisation et de la gestion de toutes les opérations électorales et référendaires dans le pays. Il a été élu parmi douze candidats. Le Sénat se prépare également à élire son représentant samedi prochain. A ce jour, treize candidats sont dans la course à la chambre basse.

La CENI est composée de 9 membres permanents, dont un représentant désigné par président de la République, un représentant du Sénat, un représentant de l’Assemblée nationale, un représentant de l’Ordre des avocats, un représentant de la Cour suprême, un représentant de la HCC, un représentant de l’Ordre des journalistes et deux représentants des organisations de la société civile œuvrant pour l’observation des élections dans le pays. Trois sur les neuf membres de la future commission électorale sont actuellement connus. Me Guy Jeannot, élu par l’Ordre des avocats depuis bientôt un mois, Tiana Randrianarivonantoanina, commissaire de la loi représentant la Cour Suprême et Houssen Abdallah élu hier par les députés. Pour les autres entités, le processus semble piétiner, bon nombre de candidats se bousculent en effet au portillon. Pour dire que les places sont fortement convoitées. Entre salaires et indemnités diverses, les membres de la formation sortante auraient perçu plus que les membres du gouvernement. Pour l’OJM, l’élection risque d’être houleuse, d’autant plus que l’ancien bureau a procédé à une vote auparavant et le nouveau bureau en prépare une. Pour les organisations de la société civile, sept candidats sont retenus aux élections qui auront lieu ce jour. L’actuel président du KMF/CNOE, Andoniaina Andriamalazaray et le Père Cyprien Médard Razafinandraina, prêtre jésuite et directeur du centre social Arrupe à Faravohitra semblent être les favoris pour représenter la société civile.

Selon la loi, la CENI n’entretient aucun lien hiérarchique avec les autres Institutions de l’Etat. Elle est autonome, dans la prise de décisions qui rentrent dans le cadre de l’exercice des attributions. La Commission bénéficie annuellement d’une ligne budgétaire qui lui est propre, prévue par la loi de finances. Elle est composée de deux formations dont l’une est permanente et l’autre non permanente et représentée au niveau de chaque province, chaque région, chaque district et chaque commune ainsi qu’au niveau des fokontany. Ces démembrements territoriaux sont des structures non permanentes.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *