l’espoir d’un retour à la normale – Midi Madagasikara


On ne sait pas quand cela va s’arrêter. Les dix jours qui se sont écoulés ont été horribles et c’est un chiffre record de victimes que les accidents sur les routes nationales ont provoqué. Les autorités ont pris conscience du drame et ont sévi. Des sanctions contre les contrevenants ont été prises, mais on ne peut pas arrêter la série facilement. Le week-end dernier l’a encore prouvé. La réaction très ferme des autorités ne produira son effet que lentement. Les conducteurs espèrent retrouver très vite des routes où ils pourront rouler en toute sécurité.

Circulation : l’espoir d’un retour à la normale

Les autorités ont réagi très vite et ont appliqué des sanctions sévères contre les responsables des accidents mortels de ce mois. L’émotion fut très vive au sein de l’opinion qui n’aurait pas compris de voir les responsables s’en tirer. En fait, cette dernière voulait se rendre compte des effets de ces mesures prises. La direction de la sécurité routière a sanctionné la coopérative propriétaire du véhicule et le chauffeur à l’origine de la sortie de route. L’impression qui prévaut est qu’elle n’a pas eu la main suffisamment lourde, mais ces mesures ont le mérite d’exister. C’est la suite de ces dispositions qui importera. La vigilance des forces de l’ordre doit être de mise. Les accidents ont continué à se produire durant le week-end. Ils n’ont pas été aussi meurtriers qu’avant. Cependant, même si certains ont été spectaculaires, on a vu qu’il s’agissait d’écarts de conduite pouvant être évités. La police de la route doit sanctionner toutes les entorses au code de la route et faire preuve de sévérité. Les agents de la circulation sont présents partout et ils doivent sévir sans aucun état d’âme. Les contraventions devraient être multipliées ainsi que les retraits de permis de conduire. Les mises en fourrière des voitures des contrevenants pourraient amener ces derniers à la prison. Aujourd’hui, tout le monde est conscient du danger qui existe et de la nécessité de faire très attention.

Patrice RABE

 





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *