Le musée du Quai Branly expose 26 œuvres d’art du Bénin avant leur retour au pays


Ces oeuvres d’art ont été pillés lors de la mise à sac du palais d’Abomey par les troupes coloniales en 1892.

Article rédigé par


Publié

Temps de lecture : 1 min.

Une dernière exposition en France. Le musée du Quai Branly, qui abrite des milliers d’oeuvres africaines en partie pillées pendant la colonisation, expose, de mardi 26 à dimanche 31 octobre, 26 oeuvres d’art du Bénin, avant leur retour dans ce pays promis par Emmanuel Macron et permis par une loi votée fin 2020.

Ces oeuvres d’art, des statues totem de l’ancien royaume d’Abomey ainsi que le trône du roi Béhanzin, pillés lors de la mise à sac du palais d’Abomey par les troupes coloniales en 1892, font l’objet d’une exposition spéciale dans le musée parisien où elles faisaient jusqu’à présent partie des collections.

Deux conservateurs du Bénin sont en France depuis plus d’une semaine pour organiser le retour des oeuvres, « demandé par le Bénin », a précisé à l’AFP Emmanuel Kasarhérou, président du musée du Quai Branly-Jacques Chirac, pour qui cette restitution est « une première réalisation » issue « d’un long travail de recherches ».

Selon des experts, 85 à 90% du patrimoine africain serait hors du continent. Depuis 2019, outre le Bénin, six pays, Sénégal, Côte d’Ivoire, Ethiopie, Tchad, Mali, Madagascar, ont soumis des demandes de restitutions. Au moins 90 000 objets d’art d’Afrique sub-saharienne sont dans les collections publiques françaises. 70 000 d’entre elles au Quai Branly, dont 46 000 arrivées durant la période coloniale.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *