Aéroport d’Ivato – La douane saisit des devises non déclarées


Des devises s’élevant à 28 775 euros sans déclaration ont été prises en possession d’un passager à destination de Paris, jeudi, à l’aéroport d’Ivato.

MISE en échec. Une tentative d’exportation de devises a été avortée à l’aéroport international d’Ivato, jeudi.

28 775 euros non déclarés ont été saisis sur un passager enregistré pour le vol AF 935 à destination de Paris Charles de Gaulle. Les douaniers les ont décelés lors d’une fouille, après le passage au scan du bagage à main de la personne, selon les explications reçues.

Un circulaire du 13 juillet 2021 du ministère de l’Eco­nomie et des Finances souligne que tous ceux se rendant à l’étranger ont le droit d’emporter des billets de banque en devises échangées auprès des bureaux de change ou des intermédiaires agréés jusqu’à concurrence de 10 000 euros ou son équivalent en d’autres devises.

Des conditions s’imposent également. Les voyageurs peuvent emporter, au départ, sans obligation de présentation de justificatif d’allocation, jusqu’à concurrence de 1 000 euros ou son équivalent en d’autres devises.

Trafic illicite

Lorsque le montant emporté au départ est supérieur à 1 000 euros ou son équivalent en d’autres devises, le voyageur doit déposer aux services des douanes l’attestation de change délivrée par un bureau de change, ou un intermédiaire agréé, jusqu’à concurrence du montant en dépassement de ce seuil.

« En cas de non-déclaration ou de fausse déclaration, la personne est passible d’infraction mixte de douane et de change sanctionnée par le paiement d’une amende en contrevaleur en ariary du montant total des devises objet de la saisie, qui peut être assortie d’une peine pénale », explique la douane.

Des tentatives de trafic illicite s’enchaînent cette semaine au niveau de l’aéroport d’Ivato. Pas plus tard que mardi, neuf cent vingt-cinq grammes de pierres gemmes brutes bien empaquetées ont été saisies. Un Sri-Lankais comptait s’envoler vers Colombo avec les marchandises qui ont dû être confisquées et déposées à la Banque centrale pour fausse déclaration de valeur.

« Notre pays subit une perte considérable autant en rapatriement de devises que sur les recettes de l’Etat », assène l’administration douanière mercredi.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *