Le MICC dans la région Anosy


Poursuivant ses descentes sur terrain, le ministre de l’Industrialisation, du Commerce et de la Consommation (MICC), Edgard Razafindravahy est dans la région Anosy depuis hier. Il a été notamment à Tolagnaro où il a poursuivi la mise en place des pépinières industrielles dans le cadre du projet ODOF destiné à promouvoir le développement industriel des différentes régions à Madagascar.

« Il est temps de mettre en valeur les produits phares de la région par ces zones aménagées pour les petites et moyennes industries » a souligné le ministre durant une séance de travail avec les opérateurs locaux. Ces pépinières favoriseront le développement rapide et durable au niveau local, tout en assurant la réponse aux besoins du marché avec la production et la transformation des produits. Il s’agit aussi, entre autres, d’une contribution à la réalisation du 7ème « Veli­rano » du président de la République relatif à l’implantation d’au moins une unité industrielle dans chaque district. Une étude des terrains potentiels pour la mise en place de ces pépinières se fera aujourd’hui, avec le concours de QMM (Qit Minerals Madagascar).

Après le Bongolava, l’Anosy est la deuxième région qui va accueillir ces pépinières industrielles. Au total, le MICC prévoit d’en installer cinq-cents dans tout le pays.

Par voie maritime

En attendant, Edgard Razafindravahy s’est aussi enquis des réalités dans la région, notamment en ce qui concerne l’approvisionnement en riz de la population. Il a été rapporté que les coûts de transports du riz sont exorbitants. Ce qui impacte considérablement les prix affichés su r le marché local.

Par rapport à cette situation, le ministre a indiqué qu’une des solutions pour réduire les coûts de transport serait l’acheminement par voie maritime, par exemple en partant du Pakistan le riz sera acheminé directement au port de Tolagnaro. L’autre partie suivra le mode de transport habituel, par voie terrestre en débarquant du port de Toamasina vers la région en l’occurrence ici l’Anosy. Cette démarche sera appliquée en collaboration avec la SPM, et permettra aux opérateurs de mettre en vigueur la structure des prix fixée par le ministère, à savoir 2000 Ariary le kilo.

Les autorités et opérateurs locaux se sont réjouis de cette initiative, car cela assure également un approvisionnement continu du marché dans toute la région.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *