l’agenda culturel du « Monde Afrique »


Chaque vendredi, l’agenda culturel du Monde Afrique vous propose des activités à suivre ou à faire sur le continent, en France et ailleurs dans le monde.

  • Le livre africain tient salon en Suisse

La dessinatrice tunisienne Nadia Khiari, créatrice du chat « Willis from Tunis », à Tunis, en décembre 2020.

Le salon africain du Salon international du livre de Genève est un rendez-vous incontournable des littératures du continent. Au programme de cette édition déployée dans toute la ville : des rencontres, des performances, des entretiens croisés et des débats originaux avec les autrices et auteurs de l’année littéraire, dont David Diop, Annie Lulu, Fann Attiki, Gauz, Mohamed Mbougar Sarr et Souleymane Diamanka.

Entre autres rendez-vous à ne pas manquer, samedi 23 et dimanche 24 octobre : une rencontre avec la dessinatrice tunisienne Nadia Khiari, la créatrice du chat « Willis from Tunis », imaginé au moment des manifestations de janvier 2011 qui réclamaient le départ de l’ex-autocrate Zine el-Abidine Ben Ali ; et une lecture du Livre d’Elias par son auteur, Chab Touré. Le galeriste et critique d’art malien, lauréat du prix du premier roman de la Rentrée littéraire du Mali, est le « coup de cœur » du salon africain.

Lire aussi Avec son « Odyssée des oubliés », Khalil Diallo redonne leur identité aux migrants

Autre temps fort : la remise du prix Ahmadou-Kourouma. La prestigieuse récompense sera décernée vendredi au soir. L’écrivain congolais Blaise Ndala figure parmi les favoris pour son roman Dans le ventre du Congo (Seuil), aux côtés du Togolais Théo Ananissoh pour Perdre le corps (Gallimard), du Sénégalais Khalil Diallo pour L’Odyssée des oubliés (L’Harmattan), de l’Ivoirien Gauz pour Black Manoo (Le Nouvel Attila), de la Roumano-Congolaise Annie Lulu pour La Mer Noire dans les Grands Lacs (Julliard) et du Congolais Fiston Mwanza Mujila pour La Danse du Vilain (Métailié).

Plus d’informations : www.salondulivre.ch

  • Au Burkina, le rendez-vous des cinéphiles

Au Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), le 20 octobre 2021.

Qui succédera à Joël Karekezi, le réalisateur rwandais récompensé en 2019 de l’Etalon d’or de Yennenga pour son long-métrage La Miséricorde de la jungle ? Après une année sans Fespaco (Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou) à cause de la crise sanitaire, la 27e édition du grand rendez-vous du cinéma africain et de sa diaspora bat son plein depuis le 16 octobre au Burkina Faso, avec une sélection de 239 films en provenance de 50 pays.

Lire aussi Burkina Faso : le Fespaco, plus grand festival de cinéma d’Afrique, débute samedi à Ouagadougou

Parmi les 17 longs-métrages de fiction en compétition, Les Trois Lascars, du réalisateur burkinabé Boubakar Diallo, ont ravi le public du festival. Verdict samedi 23 octobre.

Toute la programmation : https://fespaco.org

  • Les trésors du Bénin une dernière fois au Quai Branly

L’exposition « Bénin, la restitution de 26 œuvres des trésors royaux d’Abomey », ici le 10 septembre 2021, au musée du Quai Branly, à Paris.

A l’occasion de la restitution des objets royaux d’Abomey, le musée du Quai Branly, à Paris, organise du 26 au 31 octobre une semaine d’événements consacrés aux arts et aux traditions du Bénin. Une exposition didactique raconte l’histoire de ces objets. Au cœur de la guerre entre le royaume du Danhomè et la France (1890-1894), une colonne expéditionnaire menée par le colonel Alfred Dodds entre à Abomey, alors capitale du royaume, le 17 novembre 1892, prend le palais du roi Béhanzin et s’empare d’un ensemble d’objets royaux. Vingt-six d’entre eux sont donnés au musée d’ethnographie du Trocadéro en 1893.

Lire aussi En Côte d’Ivoire, la restitution par la France du tambour Ebrié, « un geste historique » salué par les chefs traditionnels

Conservés au musée du Quai Branly depuis 2003, ils sont aujourd’hui restitués au Bénin, suite à une loi dérogatoire au Code du patrimoine français votée par le Parlement en décembre 2020. Ils rejoindront le musée de Ouidah, puis le futur Musée de l’épopée des amazones et des rois du Danhomé, à Abomey. L’exposition sera accompagnée d’un colloque scientifique international, d’une journée de discussions sur les projets muséographiques au Bénin, ainsi que d’un cycle de spectacles et de cinéma. Tous les événements sont gratuits.

Plus d’informations : www.quaibranly.fr

  • Au Mucem, la mémoire de la colonisation

Le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, à Marseille, le 22 septembre 2021.

Les travaux de 21 peintres, sculpteurs, plasticiens, photographes et artistes vidéo originaires de République démocratique du Congo (RDC), d’Angola, de Madagascar ou d’Algérie sont réunis dans l’exposition « Europa, Oxala » du Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem), à Marseille. Ils ont en commun de mener – à partir d’archives historiques, d’images, des sons ou de leurs souvenirs – une réflexion sur l’héritage et la mémoire de la colonisation.

Lire aussi Le « Roman algérien » de Katia Kameli s’expose au Frac de Marseille

Parmi eux : l’artiste et réalisatrice franco-algérienne Katia Kameli, qui travaille notamment sur l’écriture de l’histoire algérienne, et l’artiste Monica de Miranda, née au Portugal de parents angolais, qu’intéressent les concepts d’archéologie urbaine et de géographie émotionnelle. Jusqu’au 16 janvier.

Plus d’informations : www.mucem.org



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *