Rentrée parlementaire – Rappel à l’ordre de Christine Razanamahasoa


La présidente de l’Assemblée nationale intime l’exemplarité chez les tenants du pouvoir. Une exemplarité tant dans le comportement, que l’abnégation dans la conduite des affaires étatiques “Soyez exemplaires”. Ces mots sont une traduction libre et résument le principal message politique lancé par Christine Razanamahasoa, présidente de l’Assemblée nationale, dans son discours d’ouverture de la deuxième session ordinaire du Parlement, hier.

La dame au perchoir requiert l’exemplarité de la part des tenants du pouvoir afin “de ne pas ternir les efforts de développement déployés par l’État”. À l’ère des réseaux sociaux et de l’immédiateté de l’information, le moindre écart de conduite peut être porté sur la place publique en un simple clic. La moindre dérive de la part d’un haut responsable peut tourner en une affaire d’État. Tous les états majors politiques se mobilisent, par ailleurs, en vue de la présidentielle de 2023. Les potentiels et futurs adversaires de ceux qui sont au pouvoir vont tirer partie de la moindre incartade pour briser leur image vis-à-vis de l’opinion publique. Les multiples publications et coups de gueule sur les réseaux sociaux le démontrent. Christine Razanamahasoa en est bien consciente, visiblement.

Tablant sur la liesse qui l’accueille à chacune de ses sorties publiques, Andry Rajoelina, président de la République, a indiqué, samedi, qu’il compte garder le cap dans la concrétisation de ses Velirano. Que les critiques ne l’empêcheront pas “de travailler pour la population”. Seulement, il est nécessaire que tous les responsables au sein de l’administration démontrent la même abnégation pour porter le pays vers « l’émergence », voulue par le Chef de l’État.

Leadership

En ouverture de la session parlementaire à la Chambre haute, hier, Herimanana Razafimahefa, président du Sénat, a défendu l’Exécutif en soutenant qu’à l’instar du reste du monde, il travaille encore pour résorber les conséquences de la crise sanitaire. Seulement, l’opinion publique, surtout les hauts parleurs, ne sont plus enclins à tolérer la moindre déviance, ou défaillance.

Outre l’exemplarité dans le comportement, le discours de Christine Razanamahasoa porte, également, sur le leadership dans le travail. Quel que soit le bord ou l’opinion publique, tous attendent des tenants du pouvoir qu’ils solutionnent les problèmes qui pèsent sur le quotidien des ménages. D’une seule voix, hier, les présidents des deux Chambres parlementaires ont, par exemple, appelé à un renforcement de la lutte contre l’insécurité. Ils ont, aussi, touché mot sur les multiples accidents de circulation qui, dernièrement, ont souvent été mortels.

Lorsqu’il est question d’exiger l’exemplarité des tenants du pouvoir, les regards se tournent quasi systématiquement vers l’Exécutif. Seulement, ce message peut, également, s’adresser aux parlementaires, membres de la majorité. S’estimant, probablement, être hors de portée des radars de l’État central, mais surtout de l’opinion publique, des députés et leurs collaborateurs ne se privent pas d’abuser de leur statut et de leurs prérogatives. Flirtant avec l’illégalité sous couvert d’immunité parlementaire, pressions, interventionnistes et violence sont dans la panoplie de certains parlementaires et de leurs proches. Un journaliste en a fait les frais, récemment, à Antsohihy. Il aurait été brutalisé par des collaborateurs d’un député. Il y a peu, un élu a même été soupçonné de connivence avec des personnes qui souhaitaient le pays dans des conditions suspectes.

Souvent, pour éviter de rendre des comptes devant la justice, des parlementaires, surtout des députés mettent en avant leur “couleur politique”. Et le cas échéant, ils rameutent leurs camarades pour interpeller des membres du gouvernement, allant même jusqu’à brandir la menace d’une motion de censure pour ne plus être inquiétés. Le message lancé par Christine Razanamahasoa, hier, pourrait ainsi sonner comme un appel à tous ceux qui se disent partisans du pouvoir et pourrait se traduire ainsi, “soyons exemplaires”.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *