Limogeage immédiat des gouverneurs défaillants


L’information a été donnée par le gouverneur d’Analamanga, hier. Après évaluation, les patrons des régions défaillantes seront remerciés.

Des résultats ou la porte. L’équation est simple pour les gouverneurs, à entendre les déclarations de celui d’Analamanga, Hery Rasoamaro­maka, hier. Selon ses dires, il aurait été convenu avec le président de la République que les chefs des régions défaillants seraient retirés du jeu.

Durant une rencontre avec la presse, hier, le boss de la région Analamanga a indiqué que le chef de l’État a demandé aux gouverneurs de lui remettre un rapport d’activités. Le deadline indiqué a été lundi, ajoute-t-il. Chaque gouverneur devait donc indiquer dans ce document comment il a investi les subventions étatiques décaissées en 2020 et 2021. Selon Hery Rasoama­romaka, les aides étatiques transférées aux régions avoisinent un milliard cinq cent millions, pour l’année dernière, pour deux milliards d’ariary, cette année.

Le locataire d’Iavoloha attendrait également des gouverneurs une projection sur la façon dont ils comptent utiliser les subventions prévues pour l’année prochaine. De prime abord, ce rapport d’activités servira de document de base pour l’évaluation des premiers responsables de régions. Andry Rajoelina, président de la République, a affirmé samedi que l’évaluation des performances des gouverneurs démarrera prochainement.

«Vous serez bientôt évalués. Ne vous en faites pas, ça va venir», a déclaré le chef de l’État, dans son allocution durant la cérémonie d’inauguration d’Analamanga Park nouvellement rénové.

Clé de voûte

Cash, Andry Rajoelina a soutenu samedi que certains gouverneurs sont en-deçà du niveau de performance qu’il souhaite.

«Il y a ceux qui travaillent dur et ceux qui n’ont pas la moyenne. Certains méritent une note de 19/20, d’autres, malheureusement, n’obtiennent que 8/20», a affirmé le président de la République. Samedi toujours, il a souligné que les gouverneurs sont les clés de voûte du développement rapide de tous les districts qu’il escompte.

Partant des actions de développement au niveau des communes, le président de la République a ajouté au sujet de la performance des gouverneurs, «la réussite des communes est celle des gouverneurs. La réussite des gouverneurs est celle de l’État». Lors du premier conseil des gouverneurs à Antsohihy, en octobre 2019, le locataire d’Iavoloha a déjà mis l’accent sur le fait que les gouverneurs sont les premiers responsables du développement de leur région.

Imposant une obligation de résultat aux gouverneurs, Andry Rajoelina a souligné qu’ils seront les premiers à être sanctionnés en cas d’échec. Après plus d’un an d’exercice pour la majorité des gouverneurs, voici venu l’heure du bilan. Et l’évaluation, à entendre le président de la République, samedi, sera bouclée avant la fin de l’année. Il a ajouté que les gouverneurs les plus méritants pourront voir les subventions étatiques allouées à leur circonscription «doubler, tripler, quadrupler, quintupler et même décupler».

Selon le locataire d’Iavo­loha, les moins performants risquent d’être sanctionnés par une suspension des soutiens étatiques. Sur ce point, Hery Rasoamaromaka a indiqué hier que les gouverneurs ont convenu avec le président de la République de «ne suspendre le décaissement des subventions que durant une courte période, le temps de remplacer un éventuel gouverneur défaillant». Ceci, afin que les régions et les prestataires des projets régionaux ne soient pas sanctionnés du fait de l’incapacité d’un gouverneur.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *