La conductrice placée sous MD – Midi Madagasikara


Une journée après la manifestation de la famille de Kevin, le jeune homme décédé le 23 septembre dans un accident de la circulation, la conductrice de la Toyota Rav 4 a été placée sous mandat de dépôt. Après un défèrement au parquet hier, le ministère de la Justice a décidé sa détention provisoire à la maison centrale d’Antanimora. Aucune information n’a filtré du parquet mais il est probable qu’elle ait été poursuivie pour homicide involontaire, une poursuite maintes fois retenue pour le cas d’accident mortel. Selon les informations obtenues, les deux parties se seraient convenues d’attendre le chauffeur de la troisième voiture (Hyundai Starex) encore à Tuléar pour assister aux funérailles, avant le défèrement au parquet. La donne semble inversée après la manifestation faite devant le tribunal par la famille et les proches de Kevin. Le traitement du dossier, semble-t-il, a été accéléré pour éviter les polémiques. Les deux parties se défendent bec et ongles pour exiger la manifestation de la vérité. La partie civile pointe du doigt la conductrice de la Toyota comme la seule responsable de l’accident ayant coûté la vie à cet adolescent. Il allait rejoindre l’école, à bord de sa moto scooter, quand le drame est survenu à Mandrosoa-Ivato. Les images de vidéosurveillance, réquisitionnées par la police judiciaire sur demande de la famille de la victime, ont montré qu’il (Kevin) s’était trouvé en dessous de la voiture tout-terrain, probablement traîné sur quelques mètres. De son côté, la conductrice a tenté de se sauver de la situation et a avancé la présence d’une troisième voiture (Hyundai Starex) à l’origine de l’accident. Selon cette hypothèse que certaines personnes ont véhiculé sur les réseaux sociaux, la troisième voiture aurait percuté Kevin qui a été projeté par la suite sous la Toyota après avoir été traîné sur quelques mètres. Une confrontation entre les deux chauffeurs entrera probablement dans la procédure en cours. En tout cas, l’affaire a retenu toute l’attention du public après la sonnette d’alarme tirée par la famille de la partie civile. Sans les images de vidéosurveillance, l’affaire se serait réduite à un simple accident banal. L’intérêt de la technologie pour surveiller les routes n’est plus à démontrer. Elle compte en effet beaucoup pour élucider les circonstances de cet accident à Mandrosoa-Ivato.

D.R





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *