Ankarafantsika à nouveau en proie aux flammes


L’aire protégée d’Ankarafantsika est de nouveau en proie aux flammes après l’incendie qui a eu lieu au mois de septembre dernier. Trois points de feu ont été détectés cette fois-ci et malgré la mobilisation d’environ 400 personnes depuis samedi, elles peinent à éteindre le feu à cause des vents violents. Hier soir, les feux ne sont pas encore maitrisés à Ankarafantsika.

Selon la ministre de l’environnement, Baomiavotse Vahinala Raharinirina sur sa page Facebook, une personne a été arrêtée dans le cadre de cette affaire. La piste d’un incendie criminel est ainsi privilégié mais l’enquête se poursuit encore. Il y a un mois, 3200 ha de forêts sont partis en fumée à Ankarafantsika et il a fallu une semaine pour arriver à bout de de l’incendie.

Moktar Salim Andriantomanga, maire de la ville de Mahajanga, avait annoncé samedi dernier que le parc est de nouveau l’objet d’un incendie. À en croire son témoignage, les flammes sont impressionnantes et l’incendie concerne cette fois-ci les végétations qui se trouvent au bord de la route. Ce ne sont malheureusement que des exemples parmi tant d’autres puisque les feux de forêts et de broussailles sont de plus en plus fréquents notamment dans les régions se trouvant sur l’ouest et le moyen ouest de Madagascar.

La station forestière de Marohogo, toujours dans la région de Boeny, a également été incendié en septembre dernier. Il avait fallu environ 12 heures d’intervention pour maîtriser le feu et le bilan faisait état d’environ une dizaine d’hectares de destruction.

Parallèlement à cet incident, un incendie est également survenu à la décharge d’ordures à Andralanitra. Des colonnes de grosses fumées blanches y ont été aperçues depuis samedi. L’odeur de plastiques brûlés s’est même propagée dans certains quartiers environnants, à Antananarivo comme dans la périphérie est de la ville. Le maire d’Antananarivo Renivohitra, Naina Andriantsitohaina, a indiqué samedi que les pompiers interviennent sur les lieux pour tenter d’éteindre un incendie mais les colonnes de fumées était restés visibles sur les lieux 24h plus tard.

En tout cas, l’opinion commence à se poser des questions par rapport à cette série noire d’incendies qui seraient volontaires et sévissent dans plusieurs régions de Madagascar. Le plus déplorable, c’est notamment le manque de moyens pour lutter contre le feu. Certains endroits ne sont pas accessibles et le déploiement des appareils volants munis des poches d’eau s’avère pourtant être nécessaire mais l’Etat n’en dispose pas. Si l’Etat mise sur la reforestation de grande envergure dans le pays, elle devrait pourtant aller de pair avec des mesures de protection des forêts.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *