Bois de rose : la question de gestion des stocks déclarés remise sur le (…)


La question de gestion de stocks de bois de rose a été évoquée dans le cadre du lancement du projet environnemental de l’Agence américaine pour le développement international sur la lutte contre la corruption, vendredi, à Ivandry. La ministre de l’Environnement et du Développement durable, Baomiavotse Vahinala Raharinirina, a à juste titre déclaré qu’ « on avance pas à pas, exploite les bois saisis », avant de s’occuper « des cas des stocks » qui se trouvent quelque part, et qui faisaient l’objet d’une « déclaration » dix ans plus tôt.

Ainsi, le gouvernement malgache, par le biais du ministère de tutelle, préfère-t-il agir de manière systématique et ordonné dans le cadre de gestion de ces stocks. « On ne fait pas tout en même temps sinon on tourne en rond comme cela a été le cas pendant dix ans. Nous commençons par l’existant, avec les 19 000 rondins (…) ». A l’instar des bois précieux utilisés pour la reconstruction du palais de la Reine, l’Etat préfère alors se concentrer sur ce qui se trouve « localement » et « non ceux comptés quelque part. »

L’Etat malgache a en effet son plan pour ces stocks de bois de rose déclarés quelque part, il y a dix ans. « On pourra alors avancer avec les stocks, qui se trouvent quelque part, objets de déclaration il y a dix ans de cela », déclare ainsi Baomiavotse Vahinala Raharinina. Néanmoins, elle ne donne aucun détail ni sur le calendrier, ni pour les prochaines étapes à suivre ou démarche à engager. L’on sait tout simplement que l’objectif, à travers ce nouveau système est de mettre en place « un système de traçabilité des bois précieux ».



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *