Réouvertures des frontières – Crainte de reprise de l’épidémie de coronavirus


Ouverture des frontières dans une semaine. Les professionnels de santé préviennent sur l’existence du risque d’infection à la Covid-19.

Ce qui devrait être une bouffée d’oxygène pour l’économie présente un nouveau risque sur la santé publique. « Le risque d’importation du variant Delta de la Covid-19 est bien réel, avec cette réouverture des frontières », affirment des médecins. Madagascar envisage de relancer sa liaison avec Maurice, à partir du 23 octobre, alors que trois cas actifs dus au variant delta sont présents dans cette île. Ces cas ont été détectés, il y a une semaine, lors de l’exercice de séquençage.

Madagascar accueillera, également, des personnes en provenance de l’Europe, à compter du 6 novembre. La quatrième vague liée au variant Delta en France, qui est apparue au mois de juin, a diminué depuis le mois de septembre. Mais c’est grâce à un succès de la vaccination. Plus de cinquante millions de Français sont vaccinés, actuellement.

À Madagascar, les personnes vaccinées contre la Covid-19 n’ont pas encore atteint 1% de la population. Les personnes vaccinées ne sont pas, complètement, immunisées contre la Covid-19. Le vaccin sert, surtout, à protéger contre les formes graves de la maladie. Ainsi, même vaccinée, une personne peut toujours être infectée et transmettre le virus. Un immunologue souligne, toutefois, que le taux de transmission s’amenuise, chez les vaccinés.

Asphyxiée

Madagascar ne pourra pas maintenir ses frontières fermées, éternellement. L’économie est asphyxiée, avec la paralysie du tourisme. « Il est plus que temps de rouvrir nos frontières, pour relancer notre économie. Ce que nous devrons faire, c’est renforcer notre surveillance et notre vigilance, aussi bien dans les frontières que dans la communauté. Les gestes barrières doivent être maintenues », indique un médecin.

Conscient de ce risque, l’État a pris des mesures pour éviter la propagation du virus. Le test PCR est exigé à l’arrivée, il coûtera 25 euros. Le passager sera confiné pendant un à deux jours, jusqu’à la sortie du résultat du test PCR. Avec un résultat négatif, il pourra sortir du lieu de confinement. Dans le cas contraire, il sera confiné pendant quatorze jours.

Pour un immunologue, il est temps de faire une promotion vaccinale contre la Covid-19, de favoriser ce vaccin dans les villes touristiques. « Le risque d’infection sera toujours présent. Dans les territoires d’outre-mer comme la Martinique et le Guadeloupe, il y a eu un regain de l’épidémie, car leur taux de couverture vaccinal a été faible », prévient-il. La disponibilité des vaccins ne pose plus problème à Madagascar. La population a l’embarras de choix, entre le Jonhson&Jonhson, l’Astrazeneca. Nous disposons, également, des doses de Sinopharm, et attendons l’arriver des doses de Pfizer. Dans les pays avec un taux de couverture vaccinal élevé, l’épidémie s’est atténue et la vie reprend progressivement son cours. La balle est dans le camp de la population.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *