cinq choses à retenir des 3e et 4e journées


Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du « Monde Afrique » depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du Monde Afrique.

Les Lions de la Teranga, la sélection sénégalaise, célèbrent leur victoire au sein du groupe A pour le troisième et dernier tour de qualifications à la Coupe de monde 2022.

Si le Maroc et le Sénégal ont validé leur ticket pour le troisième et dernier tour des qualifications pour la Coupe du monde de football 2022 au Qatar, d’autres grandes nations africaines, comme l’Algérie, la Côte d’Ivoire, le Cameroun ou le Nigeria, devront patienter jusqu’en novembre pour briller… ou plier.

Le Maroc et le Sénégal d’ores et déjà qualifiés

Les Lions de l’Atlas et les Lions de la Teranga passeront un mois de novembre relativement serein. Les premiers ont remporté leurs trois matches de qualification, tous disputés à domicile, face à la Guinée-Bissau (5-0, 3-0) et à la Guinée (4-1), en y mettant la manière.

Des prestations qui devraient adoucir les critiques d’une partie de la presse et des supporters à l’encontre du sélectionneur Vahid Halilhodzic, lesquels jugeaient le style de jeu proposé pas assez flamboyant. Les seconds n’ont pas tremblé contre la Namibie (4-1, 3-1), et ont, jusqu’à maintenant, réussi un sans-faute.

Lire aussi Comment le Maroc se sert du football pour renforcer ses liens avec les pays africains

Le Maroc et le Sénégal, qui participeront à la prochaine Coupe d’Afrique des nations (CAN) au Cameroun du 9 janvier-6 février 2022 vont désormais attendre avec le nom de leurs adversaires pour le troisième et dernier tour, sur le chemin du Qatar.

L’Algérie sous la menace du Burkina Faso

En dominant largement le Niger à Blida (6-1) puis à Niamey (4-0), l’Algérie a fait le plein de points et étalé une nouvelle fois sa puissance offensive. Mais il est probable que les Fennecs soient obligés de patienter jusqu’au 15 novembre, et la réception du Burkina Faso, pour espérer valider leur qualification pour le troisième tour.

Lire aussi Mondial 2022 : les Fennecs d’Algérie au Maroc sur fond de tensions diplomatiques

Les Etalons burkinabés ont battu deux fois Djibouti (4-0, 2-0), et comptent le même nombre de points que le champion d’Afrique en titre (10). Avant leurs retrouvailles, les deux sélections auront probablement, si la logique est respectée, bien négocié leur rendez-vous respectif contre Djibouti (pour l’Algérie) et le Niger (pour le Burkina Faso).

Les Nord-Africains, mieux outillés collectivement et individuellement, et qui auront l’avantage d’accueillir leurs rivaux à Blida, une forteresse réputée quasiment imprenable, ont la faveur des pronostics. Mais les Etalons n’ont jamais été des adversaires faciles pour eux.

La RDC n’y arrive pas

Elle a beau être entraînée par l’Argentin Hector Cuper, l’ex-coach de l’Inter Milan et de l’Egypte, et compter dans son effectif des joueurs comme Cédric Bakambu, Chancel Mbemba ou Christian Luyindama, la République démocratique du Congo (RDC) ne parvient pas à assumer son statut de favori dans le Groupe J. Après un départ poussif en septembre, sanctionné par deux matches nuls contre la Tanzanie (1-1) et le Bénin (1-1), les Léopards pensaient enfin avoir lancé leur campagne qualificative pour la Coupe du monde 2022, en battant Madagascar (2-0), le 7 septembre à Kinshasa.

Lire aussi Football : le point sur les derniers transferts de joueurs africains

Mais le match retour, à Antananarivo, n’a pas confirmé cette embellie, puisque les Congolais ont été dominés (0-1) par des Malgaches revanchards. Dans leur malheur, ils ont appris que la Tanzanie s’était imposée dans le même temps au Bénin (1-0). A deux journées de la fin, la RDC devra donc faire un sans-faute contre le Bénin et la Tanzanie, qu’elle affrontera en novembre, et qui la devance de deux points, si elle veut accéder au troisième tour.

Mauritanie : clap de fin pour Martins

Corentin Martins, 52 ans, n’est plus le sélectionneur de la Mauritanie. Nommé en octobre 2014, l’ancien milieu de terrain de l’Equipe de France a été limogé le 11 octobre, au lendemain du match nul contre la Tunisie à Nouakchott (0-0). Plus que ce résultat plutôt honorable, Martins a payé au prix fort les défaites concédées lors des trois premières journées contre la Zambie (1-2), la Guinée équatoriale (0-1), et la Tunisie (0-3).

Lire aussi Qualifications pour la Coupe du monde de football 2022 : les équipes africaines à suivre

Ahmed Ould Yahya, le président de la fédération, a estimé que la sélection nationale, désormais éliminée de la Coupe du monde, avait besoin d’un électrochoc avant la CAN. Une compétition à laquelle les Mourabitounes avaient déjà participé en 2019 en Egypte, pour la première fois de leur histoire. Cette seconde qualification consécutive n’aura pas été suffisante pour le Français.

Cameroun-Côte d’Ivoire, rendez-vous en novembre

Sauf accident, le Cameroun et la Côte d’Ivoire s’affronteront, le 15 novembre, pour un match décisif afin de savoir qui, des Lions indomptables ou des Eléphants, se qualifiera pour le troisième et dernier tour. Les premiers ont dominé deux fois le Mozambique (3-1, 1-0), les seconds ont fait le plein contre le Malawi (3-0, 2-1). Avant de se retrouver à Douala, les deux prétendants auront, sans doute, ajouté trois points à leur moisson face aux Mozambicains pour la Côte d’Ivoire et aux Malawites pour les Camerounais.

Avec un point de plus que leur concurrent direct, les Ivoiriens sont pour l’instant en ballottage favorable, et la qualité supérieure de leur effectif fait d’eux le favori pour la qualification. Une chose est certaine : l’un de ces deux géants du football africain sera éjecté à l’issue de ce second tour de qualifications.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *