Revendications : Le gouvernement joue l’apaisement – Midi Madagasikara


Le budget de l’Assemblée nationale a bénéficié d’un rajout.

L’Exécutif a mis la main à la pâte pour apaiser les grognes qui ont gagné des secteurs. 

À quelques jours de la rentrée parlementaire, l’Exécutif a fait un geste en faveur des députés. L’Assemblée nationale, dont certains députés auraient contracté un prêt de voiture à partir de leurs crédits carburants, a reçu un nouveau rajout de budget dans cette ligne de dépenses. Le gouvernement a adopté, mercredi dernier, un décret portant transfert de crédits complémentaires en carburant de la rubrique “biens et services” dans le cadre de la Loi de finances rectificative de 2021 de l’Assemblée nationale. Une décision qui va renflouer les caisses de cette institution et qui a, visiblement, pour vocation de faire taire toutes velléités de réclamations en matière d’avantages en carburants.

Jour et nuit. Il y a deux semaines, le retard de paiement des indemnités des assistants parlementaires faisait beaucoup de bruit dans la chambre. Une situation qui n’a pas laissé indifférent les députés car leurs collaborateurs n’ont pas perçu leurs rémunérations du mois d’août et de septembre. Un problème de procédure est évoqué par l’administration au niveau de l’Assemblée nationale pour justifier le retard qui a vite été rattrapé. Selon certaines sources, les agents du service de la solde à Tsimbazaza auraient été mobilisés jour et nuit pour régler les indemnités, l’objectif étant d’éviter que les tensions ne montent à la chambre à deux semaines de la nouvelle session.

Tentative d’évasion. Au niveau du personnel de santé, les tensions ont aussi vite baissé. L’interpellation de deux personnels médicaux de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona, notamment le directeur adjoint technique du centre hospitalier et son chef de service urologie, a provoqué une manif dans les locaux de l’hôpital à Ampefiloha. Les médecins sont sortis de leurs gonds et ont manifesté leur soutien indéfectible à leurs collègues qui sont incriminés dans une tentative d’évasion d’un trafiquant notoire de bois de rose. Vendredi, l’appareil administratif à l’HJRA a été affecté par cette grève des médecins. Samedi, les médecins Auberlin Rakototiana et Jean Marie Rakotosamimanana ont été libérés. La grogne s’est donc dissipée à Ampefiloha, surtout après le règlement, également ce vendredi, des indemnités des agents vaccinateurs dans le cadre de la lutte anti-Covid.

PAT. Dans les universités, en revanche, la grève perturbe la reprise des activités pédagogiques. La revendication des personnels administratif et technique des universités de Fianarantsoa et d’Antananarivo, préoccupe les universités, déjà confrontées au chamboulement des programmes pédagogiques suite à la pandémie. Ces derniers réclament des indemnités à l’État et ne comptent pas baisser les bras. Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, qui semble déjà rodé face à ce genre de situation, et ce depuis l’année dernière, est une fois de plus, très sollicité pour faire baisser les tensions.

Rija R. 





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *