Le PAT annonce une intensification de la grève – Midi Madagasikara


Le sit-in a eu lieu à l’esplanade Ankatso hier.

La tension monte d’un cran auprès de l’Université d’Antananarivo. Les membres du syndicat du personnel administratif et technique persistent et signent.

La rentrée universitaire de l’année 2020-2021, 2021-2022 prévue avoir lieu hier n’a pas pu se faire aux universités d’Antananarivo, Toliara et Fianarantsoa. En cause, les revendications des syndicats de l’enseignement supérieur tels que le SECES et le PAT. Pour le cas de l’université d’Antananarivo, le personnel administratif et technique renforce sa volonté d’intensifier leur manifestation. « Nous n’avons jusqu’ici reçu un retour favorable des responsables ministériels. Et comme nous l’avons annoncé dimanche dernier, nous nous acheminons vers une intensification de la grève », nous a confié Albert Pierre Rakotoson, président du syndicat du personnel administratif et technique de l’université d’Antananarivo. Propos qui assombrissent davantage le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique qui nage ces derniers temps en plein orage.

Pistes. De leurs côtés, les membres du PAT de l’université d’Antananarivo attendent « des solutions pérennes » de la part du gouvernement. « Les solutions ponctuelles tendant à cesser les manifestations syndicales ne devraient plus se faire. L’arrêt une bonne fois pour toute du retard de paiement des subventions », tonne Albert Pierre Rakotoson. Une pratique qui contribuerait, selon ses dires, à « dévaluer » le personnel des universités malgaches. Le président du syndicat du personnel administratif et technique de l’université d’Antananarivo interpelle ainsi les responsables : « si ce problème est réglé une bonne fois pour toute, je pense que les manifestations de ce genre n’auront plus lieu ». Notre source invite également « les ministères de tutelle à régler leurs problèmes internes » qui impacteraient leur vie. Par ailleurs, l’entretien avec le syndicaliste a également permis de savoir que le gouvernement, via les ministères de tutelle, a des milliards d’ariary de dettes à payer auprès de l’université d’Antananarivo. « Avec le paiement d’un mois de salaire des membres du PAT qui avoisine les 800 millions d’Ariary et les subventions relatives au paiement des indemnités des correcteurs du baccalauréat session 2021 qui n’ont pas encore été allouée par le gouvernement, je vous laisse imaginer la situation actuelle », conclut le syndicaliste.

José Belalahy





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *