Violences basées sur le genre


Au centre spécialisé de lutte contre la violence basée sur le genre (VBG) à Mahamasina, les victimes bénéficient de formation intégrée. Trente ont reçu une attestation de fin de formation, hier.

Des femmes victimes de violence basée sur le genre (VBG) vont repartir du bon pied. Trente ont en poche une attestation de fin de formation sur le développement personnel, la gestion simplifiée, le planning familial et sur la couture, la cuisine ou la pâtisserie. Elles ont suivi une formation intégrée de trente jours.

Leur attestation a été distribuée, hier, en la présence de la Première dame, de plusieurs membres du gouvernement, du coordonnateur résident du Système des Nations Unies, du représentant résident du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et du représentant du Consulat de Monaco.

« Ces trente femmes méritent notre reconnaissance. Elles ont osé dénoncer la violence dont elles ont été victimes. (…) Vous pouvez être fières de vous, car nous pouvons constater vos progrès. Vous allez être indépendantes», déclare la Première dame, Mialy Rajoelina, grâce à qui ces femmes vont pouvoir se relever après les violences qu’elles ont subies au niveau de leur propre foyer, pour la plupart des cas.

« Mon mari a quitté le foyer, il y a deux ans et demi, pour aller travailler à Sambava. Depuis, il n’envoyait plus d’argent à sa famille. Nous avons, pourtant, trois enfants. L’un d’eux devait passer l’examen de baccalauréat, mais comme je n’ai pas les moyens de le scolariser, j’étais contrainte de le déscolariser », regrette Charlotte, une femme victime de violence basée sur le genre (VBG), âgée de 48 ans.

Cette mère de famille s’est occupée toute seule de ses enfants, depuis, et s’est présentée au centre spécialisé de lutte contre la VBG, créé par la Première dame. « J’étais venue pour signaler des violences. Nous avons été, par la suite, appelées à faire cette formation. Cette formation est une bonne chose pour nous» déclare une bénéficiaire.

Ces survivantes vont pouvoir commencer immédiatement, leurs activités. Elles ont bénéficié d’un kit de démarrage. Elles bénéficieront, également, d’une formation en informatique, au niveau du centre.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *