Mialy Rajoelina sauve des enfants de la malnutrition


Le projet Nutrisud de Mialy Rajoelina sauvera des milliers d’enfants de la malnutrition. L’usine est opérationnelle, dans la région d’Anosy.

Des milliers d’enfants dans le Sud, ne souffriront plus de la malnutrition, prochainement. L’usine NutriSud, une initiative de la première dame, Mialy Rajoelina, à travers son association Fitia, un projet soutenu par la Fondation Mérieux et le groupe Nutriset, va produire huit millions de dosettes de compléments alimentaires, soit six cents tonnes, par an. « Aujourd’hui est un jour important pour moi, car c’est la concrétisation d’un projet qui me tient à cœur, qui permettra à une grande partie des enfants du Sud de Mada­gascar, de sortir de la malnutrition. Cent-vingt mille enfants ne seront plus victimes de malnutrition et pourront reprendre, plus sereinement, le chemin de l’école, avec vitalité et des sourires, en plus d’espoir », annonce la fondatrice de l’association, dans son discours, dans le cadre de l’inauguration de l’usine NutriSud à Tolagnaro, hier.

La mise en marche de cette usine vient à point nommé. La faim affecte plusieurs enfants dans le Sud, avec le changement climatique qui sévit de plus belle. « Les statistiques des trois derniers mois montrent, que dans plusieurs communes, le taux de malnutrition aigüe atteint plus de 15%. Nos objectifs dans nos projets sont de maintenir au dessous de 5% ce taux de malnutrition », indique le coordonnateur national de l’Office national de la nutrition (ONN), la professeure Hanta Marie Danielle Vololontiana.

Maintien d’assiduité

La première dame est bien consciente de la gravité de la situation. « Le kere, un mot qu’on a souvent entendu, rabâché pendant plusieurs décennies, non seulement à Madagascar, mais également, sur la scène internationale, pour évoquer la situation de famine qui sévit dans nos régions du sud. Nous le savons, vous et moi, Mada­gascar est le premier pays à subir la famine, en conséquence du réchauffement climatique. Il me tient vraiment à cœur d’apporter ma contribution, pour venir en aide et donner leur dignité, à ces populations», formule-telle. L’association Fitia a déjà réalisé plusieurs actions, avec le projet Avotse, pour aider la population du Sud.

Rejoint activement par l’État, les partenaires techniques et financiers, ainsi que le secteur privé, Avotse a permis la redynamisation des cantines scolaires qui ont assuré le maintien d’assiduité de huit mille élèves dans les régions d’Anosy et d’Androy, la construction de huit écoles, la sensibilisation des hommes et des femmes au planning familial, afin de limiter les naissances, la distribution de vivres à quatre mille familles, au sein des communautés les plus touchées, l’accompagnement des femmes à travers les activités génératrices de revenus (AGR) et enfin, l’accès gratuit aux soins médicaux et dentaires.

Sensible à la cause des personnes vulnérables, dont les femmes et les enfants, la première dame a fait de cette pierre deux coups. En plus de permettre aux enfants de lutter contre la malnutrition, ce projet NutriSud engendrera, également, une création d’emploi indirecte. Les femmes seront privilégiées. « Elles participeront aux fonctionnement de l’usine et à la récolte des matières premières, en mettant en place des coopératives. Elles prendront, ainsi, leur avenir en main, elles seront actrices du changement dans leur communauté », déclare Mialy Rajoelina.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *