Un engagement fort en faveur de la planification familiale


Augmenter le taux de prévalence contraceptive jusqu’à 60 % et faire bénéficier aux femmes le droit de choisir le nombre d’enfants à naître. C’est en somme l’engagement de haut niveau en faveur de la planification familiale.

Les objectifs du pays pour l’engagement FP 2030 on t été présentés officiellement et signés par le président de la République, Andry Rajoelina dans le cadre de la table ronde de haut niveau au Novotel. Sur cette lancée, Madagascar s’est engagé en faveur du partenariat mondial Family Planning 2030 pour améliorer l’accès à la PF. Cette initiative a obtenu l’aval de toutes les parties prenantes. L’objectif principal dans le cadre de cet engagement est d’augmenter la prévalence contraceptive jusqu’à 60% et de réduire les besoins non satisfaits en PF à 8% mais également d’atteindre l’indice de fécondité à 3.

« On voit dans les grandes villes et en milieu rural que la croissance démographique est exponentielle. Malheureusement, on voit le jeune âge des mères, elles ont 20 ans, 18 ans et parfois même moins de 16 ans. Alors qu’elles sont encore très jeunes, elles ont déjà quatre voire cinq enfants en bas âge dans le Sud de la Grande île », souligne le président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina. L’investissement dans le domaine de la planification familiale aura un impact sur le développement d’un pays.

Infrastructures

« La question de la maîtrise démographique est au cœur de notre stratégie de développement. Madagascar figure parmi les pays célébrant la journée mondiale de la contraception dont le thème est la planification familiale, levier pour le développement. A travers le plan d’émergence de Madagascar, l’Etat Malgache priorise la Santé pour tous et cela s’illustre par les nombreux projets d’infrastructures médicales », enchaîne-t-il.

Le proverbe malgache qui souhaite aux nouveaux mariés d’avoir sept filles et sept garçons ne correspond plus à la réalité. Le but est de permettre à la femme de choisir le nombre d’enfants qu’elle veut, à l’instar d’autres pays qui ont renforcé le planning familial, comme le Bangladesh qui a réussi à investir après 50 ans en réduisant le nombre de naissance de 6,9 à 2 enfants par femme. Dans cette optique, le taux de pauvreté est passé de 43% à 12% en 50 ans.

Dans le cadre du renforcement des services de la reproduction et de la planification familiale, le chef de l’Etat entend concrétiser l’engagement par l’implantation de plusieurs infrastructures sanitaires dans tout le pays. « Des centres de santé de base ont été implantés dans cent-onze districts, du Nord au Sud. Pour ne citer que le CSB II de Ranohira, de Sampoina, Ambatondrazaka, Manakara, Bekily, Ampanihy. Cent CSB sont en cours de construction d’ici le premier semestre 2022. Des hôpitaux aux normes internationales ont été construits dans plusieurs régions. Une vingtaine d’hôpitaux seront construits durant mon mandat », indique le président de la République. Des centres de planification seront érigés dans toute l’île. Ces centres auront pour rôle de guider les femmes et de les sensibiliser par rapport aux offres de planification familiale. L’objectif est de rendre accessibles les services de PF.



Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *